Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la mortalité infanto-juvénile en Afrique : Plaidoyer pour la promotion des gestes simples qui sauvent - 09/11/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les pédiatres font partie des premiers spécialistes à entrer en contact avec les nouveaux nés. Ainsi, un plaidoyer est fait à l’endroit pour la promotion des gestes simples qui peuvent sauver les bébés à la naissance. « En Afrique Sub-saharienne, près de 5 millions d’enfants meurent chaque année avant l’âge de 5 ans et 25% de ces enfants sont des nouveaux nés ». Ce constat est du Dr Geneviève Begroyian de l’Unicef. C’était lors de l’ouverture du 4e congrès de l’Association des pédiatres d’Afrique noire francophone (Apanf), présidée par le Dr Safiétou Thiam, ministre de la Santé et de la Prévention médicale.

Selon la représentante de l’Unicef, « l’Afrique connaît le plus fort taux de mortalité infantile au monde et en même temps, c’est la région qui enregistre depuis 1990 les progrès les plus faibles ». Et, « si de sérieux progrès ne sont pas faits, si nous n’arrivons pas à accélérer le passage à l’échelle de nos interventions, l’Afrique n’atteindra pas les Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) », a-t-elle déclaré. Et là, le concours de spécialistes comme les pédiatres est fort utile. Car, ils peuvent, selon Dr Begroyian, aider à l’amélioration de la prise en charge de l’enfant dont la vie est sacrée. Donc, « il faut la préserver », a-t-elle plaidé.

Les Omd relatifs à la santé prévoient de réduire des 2/3 le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans. Malheureusement, « si la tendance actuelle se poursuit 800.000 enfants de moins de 5 ans mourront au cours de la seule année 2015, l’année fixée pour l’atteinte des Omd ». Avant d’en arriver à cette situation, la représentante de l’Unicef a demandé, aux spécialistes, notamment les pédiatres, de se mobiliser autour de la mortalité infantile.

Résolution pour la survie de l’enfant

Pour le Pr André Moussavou, président de l’Apanf, lutter contre la mortalité infanto juvénile, c’est lutter pour le développement de l’Afrique. Poursuivant, il fait savoir que beaucoup de ressources ont été mobilisées pour réduire cette mortalité. A cet effet, le ministre de la Santé et de la Prévention médicale, le Dr Safiétou Thiam, a rappelé que les chefs d’Etats africains sont en train de faire des efforts dans le cadre de la lutte contre la mortalité infantile et juvénile en décidant en 2000 à Abuja, « d’affecter au moins 15% des budgets nationaux à l’amélioration du secteur de la santé.

Ensuite, l’Oms a élaboré en 2006 une résolution pour la survie de l’enfant dans la région Afrique, laquelle devait prendre en compte la Pcime (Prise en charge intégrée des maladies de l’enfance), les soins aux nouveaux nés, l’alimentation du jeune enfant, la prévention du paludisme, la vaccination, le traitement de l’enfant exposé au Vih, etc. Seulement, a souligné le président de l’Apanf, malgré les efforts consentis, l’écart pour atteindre les Omd reste important. Un constat qui fait dire au Dr Safiétou Thiam que malgré la volonté politique manifestée par les chefs d’Etat, la plupart des pays africains souffrent encore de nombreuses insuffisances qui constituent autant d’obstacles en Afrique où l’accès à des soins de qualité pour la mère et l’enfant reste encore un luxe pour certaines familles.

Evoquant les nombreuses insuffisances qui constituent autant de causes indirectes de la mortalité infantile, le Dr Safiétou Thiam a cité la vétusté des structures de santé, l’insuffisance de matériel adapté, le déficit en personnel qualifié, la nécessité d’une politique de communication forte et accessible à toutes les couches de la population entre autres.

Pour faire face à cette situation, certains pays, grâce à une conjonction d’efforts entre l’Etat, les partenaires au développement et les prestataires de santé, ont réussi, selon le ministre de la santé et de la prévention médicale à baisser leurs taux de mortalité maternelle. Prenant le cas du Sénégal, elle fait savoir que le taux de mortalité maternelle est passé de 510 à 401 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes. Malgré tout, il reste élevé si l’on se situe à l’atteinte des Omd, notamment l’Omd5, relatif à l’amélioration de la santé de la mère et qui vise d’ici 2015 un taux de 200 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes.
La mortalité infanto-juvénile, quant à elle, est restée constante, selon les estimations de l’Enquête démographique et de santé de 2005. « C’est dire que, pour ce qui concerne notre pays, le chemin à parcourir est encore long, car l’objectif fixé par la feuille de route nationale est d’atteindre un ratio de mortalité néonatale de 16 décès pour 1000 naissances vivantes », a indiqué le Dr Safiétou Thiam.

A ce niveau, l’appui des pédiatres est indispensable, si l’on est soucieux de renverser les tendances qui font état de 70% de décès d’enfants qui surviennent dans les maisons sans aucun accès aux soins et de 60% de femmes qui accouchent encore à domicile. Pour le Dr Geneviève Begroyian, aider à réduire ces décès revient pour les pédiatres à promouvoir des gestes simples comme laver les mains, dormir sous moustiquaire, vacciner les enfants... Autant de choses possibles d’autant que les pédiatres font partie de ceux qui, les premiers, entrent en contact direct avec les nouveaux nés, les mamans.

Maïmouna GUEYE Et Eugène Kaly

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !