Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Choléra à Touba : Un programme d’actions en cours - 10/11/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’épidémie de Choléra qui sévit dans la région, plus particulièrement dans la ville de Touba depuis près de quatre ans constitue une réelle préoccupation des autorités. Ainsi, à l’issue du Crd spécial sur la question tenu mardi dernier à Touba, il a été retenu la mise en place d’un programme d’actions pour bouter le choléra hors de la région de Diourbel d’ici la fin de l’année. Aussi, le gouverneur de région a insisté sur le gaspillage de l’eau à Touba, plaidant pour la révision du système de gratuité de l’eau qui y appliqué.

Le médecin-chef de région, Masserigne Ndiaye parlant du choléra a rappelé que dès l’apparition de l’épidémie à partir du “ Kazu Radjab ”, un dispositif de veille pour la prise en charge des cas a été mis en place au niveau des différentes structures sanitaires. Selon lui, cette stratégie a permis une prise en charge correcte des cas avec un taux de létalité de 0,22% car sur 2673 cas reçus. Depuis le mois d’août à nos jours, seuls 6 décès ont été enregistrés dans la région de Diourbel.
Aujourd’hui, a-t-il fait noter, depuis la fin du mois de ramadan, la tendance est à la baisse car 138 cas ont été enregistrés la semaine dernière. De plus, il a mis l’accent sur le traitement des personnes en contact avec la maladie, la gestion des grands rassemblements, les activités d’IEC, les activités techniques, le suivi-évaluation, les appuis reçus notamment du ministère de la santé, de l’Unicef, de la Croix-Rouge, des comités de santé des postes et centres de santé et de la communauté rurale de Touba.

Aussi, Masserigne Ndiaye a fait une analyse des déterminants de la maladie à savoir l’eau, l’hygiène et l’assainissement.
Sur la question relative à l’eau, il a souligné que la ville de Touba connaît une éclosion démographique, ajoutant que cela pose avec acuité le problème d’accès à l’eau potable. “ Tout manque d’eau perturbe un équilibre fragile du cadre de vie des populations. Ce qui a favorisé la flambée de la mi-Août. Une situation consécutive aux nombreuses coupures d’électricité occasionnant des arrêts de fonctionnement des forages et d’autres pannes techniques, reconnait-il. L’autre déterminant est l’absence d’un réseau d’assainissement. Selon lui, Touba ne dispose ni d’un réseau d’assainissement ni d’un service efficace de collecte et d’évacuation des ordures.

Pour le médecin-chef, les rassemblements ont constitué un déterminant fort dans la transmission et l’extension de la maladie. A côté de ces déterminants, il a noté des comportements qui ne sont pas favorables à la préservation de la santé, précisant que le respect des règles élémentaires d’hygiène n’est strict qu’en période d’épidémie et dès que l’ampleur baisse, les populations retombent souvent dans leurs vieilles habitudes.

Après s’être réjoui de la tenue de la rencontre, le président de la communauté rurale de Touba-Mosquée, Serigne Makhtar Diakhaté, est d’avis que la lutte contre le choléra doit être l’affaire de tous, soulignant que s’il y a une synergie des efforts, il y aura une solution définitive à ce problème pour le bien-être des populations. Le directeur de la santé publique le Pr. Omar Faye a indiqué que face au problème, il est important de mettre en place un comité de veille qui se chargera de s’approprier tous les moyens possibles pour faire en sorte que l’on prenne des mesures de prévention.

Pour sa part, le directeur de l’hygiène, le colonel Papa Samba Ndiaye a rappelé que le personnel du service d’hygiène est vieillissant, révélant qu’une bonne partie de la prochaine promotion sera affectée à Touba avec des moyens logistiques. Il a annoncé la construction prochaine d’une brigade spéciale d’hygiène à Touba en 2008.

Oumar Ngatty Bâ

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !