Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Seules face au diabète, au paludisme et aux MST : Les populations de Fongolembi cherchent un infirmier - 27/11/2007 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Depuis plus de trois mois, l’arrondissement qui compose le point culminant du Sénégal et dont l’accès est le plus difficile du département de Kédougou souffre de ne plus avoir un infirmier dans son dispensaire aujourd’hui entretenu par un agent de santé communautaire (Asc). Fongolembi est malade, très malade même. Car voilà environ bientôt cinq mois que cet arrondissement ceinturé par les collines et contreforts du Fouta Djallon n’a plus d’infirmier chef de poste (Icp). Ce qui est un phénomène récurrent dans cette vaste localité. Depuis presque une décennie, trois infirmiers chefs de poste dont une femme se sont succédés sur place. Mais, de source sûre, à chaque fois que l’un d’entre eux est affecté ou admis à un concours pour poursuivre ses études, les populations constatent un grand vide. La relève est toujours assurée par un bénévole ou agent de santé communautaire.

Dans cette localité située à l’Est du pays, à une trentaine de kilomètres de Kédougou, on retrouve plusieurs types de maladies qui émanent des conditions de vie précaires des populations. Du paludisme qui fait des ravages aux maladies sexuellement transmissibles (Ist ou sida) propagées au gré de la promiscuité avec la Guinée Conakry, aux pathologies pulmonaires et abdominales, Fongolembi est en train d’en voir de toutes les couleurs. « Je suis diabétique aujourd’hui et pour bien suivre mon traitement, il me faut rapprocher au moins de Kédougou », a indiqué une personne en service dans la zone depuis plus de dix ans.
Et d’ajouter : « Il y a quelques jours une femme qui souffrait d’hypertension a perdu la vie par manque d’assistance et défaut d’ambulances ». Pour son cas, l’homme qui préfère garder l’anonymat dit avoir perdu quelque 22 kilogrammes de son poids. Aujourd’hui, ces populations complètement déboussolées se rabattent sur la pharmacopée pour atténuer certains maux.

Selon les habitants de Fongolembi, ils ne peuvent plus se déplacer quotidiennement du fait de l’état rocailleux de la route et du coût élevé des prestations du district sanitaire de la commune de Kédougou.

Par Mamadou Cheikh Fall

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !