Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladies gastro-entérologiques et hépatites : Les praticiens peaufinent leurs méthodes thérapeutiques - 30/11/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Près de 500 congressistes prennent part aux Xèmes Journées de Gastroentérologie d’Afrique Francophone ouvertes le 28 novembre dernier. Les praticiens de la santé feront le point sur les avancées scientifiques et les méthodes thérapeutiques en matière de prise en charge des maladies de l’œsophage, du foie, du pancréas, des intestins, entre autres. Les chercheurs, les médecins font le point sur les avancées scientifiques et les méthodes de la prise en charge des maladies digestives durant les Xe journées de gastroentérologie d’Afrique Francophone. Ce congrès ouvert le 28 novembre par le ministre de la Santé et de la Prévention médicale, le Dr Safiétou Thiam et qui a vu la participation de près de 500 congressistes venus d’Afrique noire, du Maghreb, de la France, de la Belgique a pour finalité de réactualiser les connaissances des spécialistes des maladies de l’œsophage, du pancréas, de la bouche, de l’estomac, du foie, des intestins.

« La Société sénégalaise de Gastroentérologie et d’Hépatologie (Sosegh) regroupe les spécialistes des maladies digestives. Notre mission, c’est de mettre les praticiens au courant des avancées scientifiques dans cette spécialité médicale pour mieux prendre en charge les patients », souligne le président Pape Saliou Mbaye.

Plusieurs infirmiers, Aide-endoscopsites bénéficieront des sessions de formation animées par les experts européens et africains. La mise à niveau par la formation continue est la condition d’amélioration des prestations des services de santé. « La formation continue est la sève qui nourrit et régénère les praticiens », défend Francis Klozt, directeur de l’hôpital Principal qui n’a pas aussi manqué de rappeler l’effort de formation des praticiens de la santé fourni par la Société médicale d’Afrique noire de langue française (Smanlf) dont la célébration du cinquantenaire est associée avec ce congrès. Par ailleurs, le doyen de la Faculté de médecine, de pharmacie, d’odontostomatologie, Cheikh Sadibou Boye, a relevé toute la pertinence de ces journées scientifiques avant de remercier le président de la République et le ministère de la Santé et de la Prévention médicale pour leur soutien.
Les congressistes peuvent déjà compter sur le département de la santé qui s’est engagé à prendre en compte, les conclusions et des recommandations de la rencontre.

« Les hépatites virales poursuivent leurs méfaits, avec leurs conséquences dramatiques que sont les hépatites chroniques. C’est pourquoi, nous attendons avec un très grand intérêt, les résultats de vos réflexions autour de la prévention des traitements applicables à ces maladies », a dit le ministre de la Santé, Safiétou Thiam qui a aussi établit la corrélation entre la formation continue et l’amélioration de la qualité de prestation des agents de la santé.

L’échange autour de ces maladies vient à son heure. Les statistiques donnent un aperçu sur leur fréquence. Selon, le Pr. Pape Saliou Mbaye, le taux général de l’hépatite virale au sein de la population sénégalaise tourne autour de 17 à 20%. Plusieurs facteurs expliquent la prévalence : l’utilisation d’un même matériel pour exciser ou circoncire plusieurs personnes, ou l’usage d’une seringue pour plusieurs sujets.

70 à 90% des ulcéreux guéris ne rechutent pas

Les méthodes thérapeutiques de la prise en charge de l’ulcère ont évolué depuis la mise en évidence du germe responsable, c’est-à-dire le microbe, l’hélicobater-pylori. L’ulcère est devenu très rare en Europe et très fréquent en Afrique et dans les pays les moins avancés. Le taux de prévalence semble être proportionné au taux d’assainissement. « La maladie est fréquente à cause du manque d’hygiène individuelle et collective. La prévalence de cette bactérie en général tourne autour de 90% en Afrique du Sud du Sahara. Il est de 30% en Europe », avance le professeur Pape Saliou Mbaye. Heureusement, que les techniques permettent aujourd’hui d’éliminer une bonne fois l’hélicobatéri-pylori. « L’ulcère était traité par des anti-sécrétoires, mais depuis 1982, on associe les anti-sécrétoires aux antibiotiques. Si on supprime cette bactérie 70 à 90% des ulcéreux sont guéris de leurs maladies », fait savoir le Pr. Pape Saliou Mbaye. Auparavant, il y avait récidive dans le traitement de l’ulcère à cause des traitements suspensifs.

Idrissa SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !