Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Valorisation de la médecine traditionnelle : Une préoccupation des chercheurs et enseignants de l’UCAD - 18/12/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les chercheurs et enseignants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar sont disposés à travailler en harmonie avec les tradipraticiens pour valoriser la médecine traditionnelle. « La médecine, aussi bien dite moderne que traditionnelle, n’a de l’avenir que si elle est basée sur des preuves ». C’est ce qu’a estimé samedi dernier, le Dr Aïda Sylla Ndiaye, conseiller technique du ministre de la Santé et de la Prévention qui a ouvert à l’UCAD, les travaux de la quatrième journée scientifique des départements des sciences pharmaceutiques, physiques, chimiques et biologiques de la faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie. Cette quatrième journée a pour thème : « Valorisation de la médecine traditionnelle au Sénégal et en Afrique ». A ce propos, la représentante du ministre de la Santé et de la Prévention a invité les chercheurs à rédiger des projets de recherche dans le domaine de la médecine traditionnelle et de chercher avec le département du ministère de la Santé les financements nécessaires pour ces recherches.

« Cette recherche doit se faire avec l’accompagnement des tradipraticiens qui sont incontournables, si nous voulons réussir notre mission », a indiqué le Dr Aïda Sylla Ndiaye qui a profité de la journée scientifique pour lancer un appel aux tradipraticiens en leur demandant de considérer les chercheurs comme des partenaires et non des concurrents. Elle a aussi invité les tradipraticiens et ceux qui exercent dans la médecine moderne à s’unir parce que la santé des populations est la seule chose qui vaille pour l’intérêt des Sénégalais. Après cet appel, le conseiller technique du ministre de la Santé et de la Prévention a affirmé que la protection et la préservation des savoirs liés à la médecine et à la pharmacopée traditionnelle constituent l’un des points importants du plan du ministère de la Santé et de la Prévention. Il a ajouté que le service de la propriété industrielle sera à côté des tradipraticiens et des chercheurs sénégalais pour que leurs découvertes soient protégées.

Pour le Pr. Amadou Moctar Dièye, chef du département des Sciences biologiques et pharmaceutiques appliquées, la valorisation de la médecine traditionnelle a toujours été une préoccupation pour les enseignants de l’université de Dakar. Parce que reconnaissant comme l’Organisation mondiale de la santé (Oms) que 80% des populations des pays en voie de développement font recours à la médecine traditionnelle dès leur première intention pour se faire soigner. Dans ce cadre, a signalé le Pr. Dièye que les chercheurs de l’Ucad s’évertuent, depuis de nombreuses années à travailler sur ladite médecine traditionnelle en essayant de prouver scientifiquement, l’efficacité et l’innocuité des remèdes qu’elle propose.

Ainsi a indiqué Amadou Moctar Dièye plusieurs études de toxicité, de pharmacodynamie, de caractérisation et de mise en forme galénique ont été effectuées en collaboration avec des partenaires extérieurs du Nord comme du Sud. Et les objectifs de cette journée sont de partager les résultats des recherches effectuées sur le terrain depuis quelques années, a informé le Pr. Dièye qui a estimé que l’université de Dakar doit être au cœur du développement de sa société. Car, « le savoir est et restera la richesse la plus importante dans ce monde », a lancé le chef du département des Sciences biologiques et pharmaceutiques appliquées de l’Université de Dakar.

Le Pr. Cheikh Saad Bouh Boye, doyen de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomalogie a aussi exhorté ses camarades chercheurs et les tradipraticiens à persévérer dans leur travail parce que plus de 120 médicaments utilisés dans le monde sont à base de plantes. Et que la plupart de ces plantes poussent sous les tropiques, plus précisément dans les forêts du Tiers monde. Tous les intervenants ont rendu un hommage au parrain de cette quatrième journée qui n’est autre que le Pr. Mamadou Keith Badiane pour tout ce qu’il a fait pour la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie.

Eugène Kaly

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !