Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Pertubations et remous dans les hôpitaux : le mois de janvier risque d’être chaud - 28/12/2007 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Marche nationale le 15 janvier, grève générale les 17, 23 et 24 janvier prochains. Voilà les grandes lignes du dernier plan d’actions de lutte revendicative que les personnels de santé entendent dérouler en ce début d’année afin d’amener les pouvoirs publics à respecter les accords signés avec leurs syndicats le 05 mai 2006. Pour au final, des perturbations et encore des perturbations sur les soins publics de santé déjà déficients au Sénégal. Les hôpitaux, centres de santé et autres établissements publics de santé au Sénégal risquent encore de connaître, au cours de ce début d’année qui s’annonce, les affres de la suspension du travail au niveau des personnels de santé.

Pour cause, ces derniers réunis au sein de la Fédération nationale des syndicats de la santé du Sénégal envisagent d’aller en grève les 15, 17, 23 et 24 janvier prochains. Dans un communiqué de presse dont nous avons reçu copie, le comité de lutte de l’intersyndicale des travailleurs de la santé a en effet dévoilé un plan d’actions globales de lutte pour la prise en charge de leur plate-forme revendicative. Ce plan d’actions devrait débuter par une marche nationale le 15 janvier prochain avant qu’une grève « d’avertissement » ne soit déroulée le 17 janvier. Pour corser l’addition, un arrêt de travail de quarante huit heures est également prévu pour les 23 et 24 janvier.

Moins d’un mois après le dernier mouvement d’humeur des personnels de santé qui avaient durement perturbé les soins de santé dans les hôpitaux et centres de santé, en occasionnant des désagréments majeurs chez les patients, le mouvement de protestation envisagé des agents sanitaires vient encore suspendre une épée de Damoclès au-dessus des établissements publics de santé. Il s’agirait là, si des mesures idoines ne sont pas prises par les autorités de tutelle pour décrisper la crise, de l’ultime action protestataire des agents de santé après l’expiration de leur préavis de grève, un préavis déposé le 26 novembre dernier. Auparavant, un sit-in national avait été observé au cours de la journée du jeudi 29 novembre dernier. Le mot d’ordre de grève qui fut, selon les syndicalistes, largement suivi sur l’ensemble du territoire national avec des taux de 80% à Dakar, 85% à Saint-Louis, 87% à Thiès, avait paralysé les hôpitaux et avait même touché les services médicaux des Universités Cheikh Anta Diop de Dakar et Gaston Berger de Saint-Louis, tut comme le siège du ministère de la Santé et de la prévention médicale (niveau Central) et la plupart des centres de promotion et de réinsertion sociale. Conséquence ; l’offre de service public de santé déjà déficitaire de manière récurrente au Sénégal avait joué aux abonnés absents pendant toute une journée pour des milliers et des milliers de malades.

Après toute une série de concertations infructueuses avec les autorités de tutelle, la Fédé/Santé qui regroupe des syndicats comme le Sutsas, le Syntras et autre Cnts/ Santé a donc décidé de maintenir la pression sur les pouvoirs publics afin de contraindre ces derniers à apporter des solutions efficaces à sa plate-forme revendicative. Rappelons-le : celle-ci tourne autour du respect des accords signés avec les syndicats de la santé le 05 mai 2006. Il s’agit globalement du financement du système de santé, du statut des personnels des Eps, du régime indemnitaire (logement, itinérance, responsabilité), du relèvement du niveau de recrutement à l’Endss au Bac, de l’octroi de quota dans les Zac et autre recrutement du personnel du Pdis et des agents de santé communautaire.

Par Moctar DIENG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !