Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

VIH/Sida : près de 50 000 enfants affectés au Sénégal - 23/01/2008 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Disposer d’informations fiables et suffisantes sur le nombre d’enfants affectés par le VIH Sida, tel est l’objectif de l’analyse situationnelle sur les orphelins et autres enfants rendus vulnérables par le VIH qui vient d’être publiée devant le ministre de la Famille Awa Ndiaye. Les enfants ne sont pas épargnés par la pandémie du VIH/Sida. Aux 17 000 enfants orphelins du fait du VIH/Sida, viennent de s’ajouter 23 000 enfants qui sont affectés à des degrés divers par l’épidémie. C’est ce qu’a révélé une analyse de la situation des orphelins et autres enfants rendus vulnérables par le VIH/Sida au Sénégal.

Cette analyse situationnelle a montré que le chiffre de 17 000 orphelins du VIH ne porte que sur le tiers des enfants affectés par la pandémie, explique le pédiatre Ngagne Mbaye qui présentait l’étude, la semaine dernière, devant Awa Ndiaye, ministre de la Famille, de l’Entreprenariat féminin et de la Micro-finance, et des différents acteurs de la riposte.

Cette analyse de la situation des orphelins et autres enfants rendus vulnérables (Oev) par le VIH a permis de disposer d’informations fiables sur le nombre d’enfants affectés. Cette étude donne également des informations sur la situation des droits des enfants, sur les capacités des différents acteurs et la qualité des interventions afin de leur assurer une prise en charge optimale. En effet, le VIH majore le risque des enfants d’être infectés, de perdre leurs parents, et avec eux, l’opportunité de grandir dans une famille capable de répondre à leurs besoins essentiels.

Cette étude, réalisée entre avril et octobre 2007, a montré une plus fréquence de la malnutrition et des maladies à infections chez les enfants affectés par le VIH/Sida. Dans l’approche, cette étude qui a été assurée par le Comité de pilotage issu du Groupe de travail multisectoriel sur les Oev, a été un peu difficile car il s’agissait de recueillir l’information sans pour autant stigmatiser ou heurter la conscience des enfants, souligne le pédiatre Ngagne Mbaye. Selon lui, il fallait un double consentement. D’abord, s’adresser à des adolescents et ensuite, avoir l’aval des parents. Les thèmes sur lesquels portaient les enquêtes, concernent les droits essentiels des enfants, à savoir la santé, la nutrition, le bien-être psychologique, l’éducation et la protection légale.

Cependant, le pédiatre Ngagne Mbaye a déploré l’absence d’un véritable cadre de référence pour la prise en charge des Oev. ‘Il nous faudrait une approche holistique et durable qui réglerait tous les problèmes de coordination dans les interventions’, note le pédiatre, ajoutant ‘qu’il ne s’agit pas d’offrir de la nourriture ou des fournitures scolaires pour dire qu’il y a prise en charge’. Selon le coordonnateur du Comité de pilotage issu du Groupe de travail multisectoriel sur les Oev, il faudrait travailler à mettre en place un paquet de services pour la prise en charge des Oev et chercher un référentiel dans l’élaboration des démarches.
Pour sa part, Mme Awa Ndiaye, ministre de la Femme, de l’Entreprenariat féminin et de la Miro finance, a assuré que son département travaillera à la réduction de l’impact socio-économique de la pandémie auprès des Oev. Pour cela, elle appelle à une implication massive de tous les experts sur le VIH, en santé de la reproduction et les assistants sociaux.

Selon le secrétaire exécutif du Conseil national de lutte contre le Sida, le Docteur Ibra Ndoye, cette politique globale de prise en charge des Oev entre dans le cadre du plan stratégique 2007-2011 de lutte contre la pandémie et plus spécifiquement du ministère de la Famille en charge de ce volet.

Issa NIANG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !