Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Atteinte des OMD dans le secteur de la santé : des acquis enregistrés - 04/02/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé et de la Prévention, Safiétou Thiam a présidé les travaux sur l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dans le secteur de la Santé. Les responsables des programmes de lutte contre le paludisme, le VIH/Sida et la tuberculose ont présenté des résultats satisfaisants, sans oublier de dévoiler les stratégies d’amélioration des acquis. Des efforts importants sont enregistrés pour l’atteinte des Odm dans le système de Santé. Les programmes de lutte concernés ont présenté mercredi dernier des résultats encourageants.

Pour le paludisme, une composante des OMD, les acteurs révèlent une amélioration de la prise en charge, avec le recul, de la mortalité. L’expérimentation du test de diagnostic rapide a permis de prendre en charge, de façon précoce, des malades et de référer d’autres qui présentaient les symptômes semblables à ceux du paludisme.

« Le test de diagnostic présente un réel intérêt. Il nous a permis de détecter les cas de paludisme, de les prendre en charge et de référer les autres personnes qui présentent des signes semblables à ceux du paludisme, alors qu’ils souffraient d’autres maladies », indique le directeur du Programme National de Paludisme (PNLP), le Dr Oumar Thior.

La référence précoce, la distribution massive des moustiquaires à longue durée, la mobilisation de 8.000 organisations sur le front de la sensibilisation, ont des effets positifs sur le taux de mortalité et de morbidité.

« Nous n’avons jamais eu un taux de mortalité au-dessous de 30 % depuis 2000. Ce taux est passé de 33 % en 2006 à 22 % en 2007 », informe le Dr Thior du Pnlp. Les indicateurs sont rassurants pour l’atteinte des objectifs des Omd pour cette maladie, première cause de mortalité en Afrique. L’ambition des responsables, c’est de réduire de 50 % le taux de mortalité et celui de la morbidité d’ici 2010. C’est dans cette perspective que le programme de lutte contre le paludisme prévoit, entre autres, l’intensification de la lutte contre les vecteurs transmetteurs, ainsi que l’accentuation des interventions à efficacité prouvée.
Le VIH/Sida figure aussi parmi les indicateurs des Omd dans le secteur de la Santé. Comme pour le paludisme, les résultats sont satisfaisants. La prévalence de l’épidémie s’est stabilisée dans la population en général et chez les travailleurs du sexe en particulier.

« De 1989 à 2005, nous avons constaté une stabilisation du taux de prévalence du Vih/Sida au Sénégal dans la population d’une manière générale. Mais nous avons également remarqué une stabilisation de la prévalence chez les travailleuses du sexe qui est une couche vulnérable », révèle le docteur Wade du Comité national de lutte contre le Sida.

Cette couche détient le taux le plus élevé d’utilisation du préservatif. Celui-ci est de 96,5 % contre 52 % pour les hommes et 35 % pour les femmes. Le défi aujourd’hui, c’est de renverser les tendances pour amener le taux global à niveau inférieur à 0,7 %. Il s’agira de limiter les nouvelles infections, la transmission de la mère à l’enfant, d’encourager le dépistage anonyme et volontaire. Pour rappel, la décentralisation des infrastructures de prise en charge du Sida se poursuit à un rythme soutenu sur l’étendu du territoire. Sur 65 districts sanitaires du pays, 40 disposent d’une structure de prise en charge.

« Nous sommes en train de démocratiser la prise en charge des Personnes vivant avec le Vih/Sida et également de mettre du matériel de laboratoire dans les régions », a dit le docteur Wade.

S’agissant de la tuberculose, les données disponibles commandent à une réaction plus efficace. Car, on note une augmentation de la transmission liée aux conditions de vie des populations. A cela, s’ajoute le problème de suivi des malades. Plusieurs d’entre eux ne terminent pas leur traitement.
Le ministre de la Santé et de la Prévention a demandé aux acteurs de prendre en compte les indicateurs spécifiques des Omd dans l’élaboration de leurs stratégies.

Idrissa SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !