Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Recrudescence de la méningite en Afrique de l’Ouest : Sos médicaments - 13/02/2008 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Certains médicaments essentiels ne doivent pas connaître de rupture de stocks. Ce qui confère à la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement (PNA) sa position stratégique dans la mission d’approvisionnement des médicaments pour mieux faire face aux urgences médicales. Mais, à cause des procédures administratives interminables, le circuit d’approvisionnement du Sénégal en médicaments essentiels risque de connaître une nouvelle rupture notamment en doses contre la méningite, une maladie toujours présente en Afrique de l’Ouest.

C’est du moins, la révélation faite hier par le Directeur de la Pna à l’occasion de la présentation, à Dakar des résultats de l’évaluation du plan d’action 2005-2007 initié par son service pour mieux répondre aux missions assignées à cette structure. Le Sénégal dispose de 1 million 136 mille doses de vaccins contre la méningite alors que le pays a un besoin réel à près de 4 millions de doses. C’est la révélation faite par Papa Birame Mbaye, directeur de la Pna s’exprimant hier à l’occasion de la présentation des résultats de l’évaluation du plan d’action initié par sa direction pour l’année 2005-2007.

Le directeur de la Pna fonde la cause de ses ruptures sur les lourdeurs administratives et l’appel d’offre dont les procédures sont trop contraignantes malgré les urgences médicales. Pour les procédures, de passation de marché d’approvisionnement en médicaments, il faut faire un véritable parcours de combattants. Ainsi l’on a tendance à oublier que les urgences médicales ignorent royalement les questions de procédures. Le patron de la Pna impute toutes ces difficultés au statut actuel de son service à sa mission de service public.

Il pense que le statut actuel de la structure ne colle pas avec la mission qui lui est assignée. D’où l’urgente nécessité de faire changer ce statut. C’est pour cela, a-t-il encore répété, un travail d’étude a été confié à un cabinet qui a élaboré un canevas de travail pour savoir quel vrai statut qui sied le plus à la Pna et comment faudra-t-il procéder pour mieux faire fonctionner cette structure avec sa mission de service public et qui n’a pas reçu de subvention étatique depuis 2005. Contrairement d’ailleurs aux autres Etablissements publics de santé (Eps) qui en bénéficient annuellement de la part de l’Etat. Et M. Mbaye d’affirmer que son service ne fonctionne que sur fonds propres. Il a toutefois reconnu que la structure est exonérée actuellement de taxes douanières. Mais il prévient que si le statut de la Pna change et qu’elle ne bénéficie plus de ses avantages fiscaux, cela pourrait également perturber son fonctionnement correct.

Présentant le bilan à mi-parcours du plan d’action initié depuis 2005 avec le consentement du Conseil d’administration, il est également revenu sur les acquis et les réalisations enregistrés par son équipe notamment dans les différents secteurs liés à la vie de cette structure.
Quant à Cheikh Issa Sall, le directeur de Cabinet du ministre, il s’est réjoui du rôle stratégique de la Pna dans le dispositif sanitaire du pays. Dans la même lancée, le représentant de l’Oms, tout comme le président du Conseil d’administration de la Pna se sont félicités de l’initiative qui a été une heureuse occasion de passer au peigne fin la politique de santé des médicaments au Sénégal et de communiquer avec le public.

Par Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !