Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Prévention, prise en charge des personnes vivant avec le VIH : plus de dix milliards de francs Cfa dégagés pour 2008 - 10/03/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Safiétou Thiam, a présidé, vendredi dernier à l’Institut d’Hygiène Sociale (IHS), la réunion de validation du plan consolidé de lutte contre le Sida. A cette occasion, le budget du plan stratégique de lutte contre le Sida de l’année 2008 qui s’élève à plus de 10 milliards de francs Cfa a été validé. Le budget 2008 du plan stratégique de la lutte contre le Sida a été validé le 7 mars 2008 au cours d’une réunion. Il s’élève à plus de dix milliards de francs Cfa. Selon les explications du secrétaire exécutif du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), le Dr Ibra Ndoye, ce fonds prend en compte les différentes composantes de la lutte contre le Sida, notamment la prévention et la prise en charge des Personnes vivant avec le VIH.

Le montant alloué à la prévention se chiffre à environ 4 milliards et servira à stabiliser le taux de prévalence du VIH estimé à 0,7% au Sénégal, selon l’Enquête démographique et de santé (Eds) de 2005. A cet effet, un plan de prévention sur la transmission sexuelle a été élaboré. Car, la transmission du VIH se fait à 90% par voie sexuelle. Et ce sont les jeunes et les adolescents qui sont les plus affectés. 60% de ces infections, révèle le Dr Ibra Ndoye, viennent de cette couche sociale, d’où l’urgence d’intensifier les actions préventives.

La prévention sur la population féminine sera aussi au cœur des activités de lutte du Cnls, informe le Dr Ndoye. La prévention médicale des travailleurs du sexe, notamment les prostituées et les hommes qui ont des relations avec les hommes (homosexuels) fait également partie du plan de lutte parce que le taux de prévalence au niveau de cette population varie entre 20 et 21%. Le budget de la prise en charge est estimé à près de 4 milliards FCfa. Il permettra d’appuyer la prise en charge des Personnes vivant avec le VIH ainsi que celle des orphelins et enfants vulnérables. « Avec ce budget, nous allons convaincre 100 mille personnes et 95 mille femmes enceintes à faire le dépistage volontaire et anonyme avant la fin de l’année.

Ce sera aussi l’occasion de programmer la distribution et de faire utiliser 12 millions de préservatifs. Ce qui ne nous empêche pas de continuer de prôner la fidélité et l’abstinence », a indiqué le Secrétaire exécutif du Cnls.
Le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Safiétou Thiam, s’est félicité de cette nouvelle politique de prévention et de prise en charge des Personnes vivant avec le VIH. Cette stratégie de lutte, a-t-elle estimé, contribue à l’élargissement de la réponse de lutte contre le Sida au niveau des secteurs-clés comme le transport, le tourisme, le secteur privé et les collectivités locales.

Le Dr Safiétou Thiam s’est aussi réjoui de la densification des programmes de prévention ciblés par le Cnls, notamment chez les adolescents, les jeunes, les femmes et les populations les plus exposées à l’infection à VIH. Safiétou Thiam a aussi encouragé l’option prise par les acteurs du Sida de renforcer la stratégie « Abc » sur l’abstinence et l’utilisation du préservatif masculin et féminin. « Je salue aussi les interventions ciblées sur les travailleuses du sexe, les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, les adolescents et les jeunes, sans compter les régions les plus vulnérables à l’infection, entre autres ».

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !