Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Prise en charge de l’hypertension artérielle : la prescription de médicaments à efficacité prouvée recommandée - 21/03/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

De nos jours, il y a une foultitude de médicaments utilisés pour faire baisser la tension artérielle responsable de 1 sur 8 cas de décès à travers le monde. Toutefois, les professeurs Abdou Bâ et Ahmadou Dièye, qui ont fait une communication sur « Pharmacologie des antihypertenseurs : diagnostic et prise en charge », ont insisté sur la prescription de médicaments plus efficaces.La problématique de la prise en charge de l’hypertension artérielle a été une fois de plus au cœur de la réflexion à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Dans l’amphithéâtre de l’Ucad II rempli d’étudiants et d’invités venus de plusieurs quartiers de Dakar, les professeurs Ahmadou Dièye et Abdou Bâ (chef du service Cardiologie de l’hôpital Aristide Le Dantec), ont livré des messages utiles pour tout ce beau monde. « L’hypertension est une maladie qui tue. L’objectif du traitement, c’est de normaliser la tension, c’est de réduire la mortalité et la morbidité », souligne le professeur Ahmadou Dièye. Il conseille aux praticiens de prescrire des médicaments de faible dose au début du traitement. D’ailleurs, le professeur Abdou Bâ a relevé la prééminence d’évaluer le malade avant de lui concevoir un type de traitement. Pour éviter l’interruption de la prise des antihypertenseurs, le professeur Abdou Bâ préconise la prise en compte du pouvoir d’achat du malade. « Il ne faut pas que les médecins se leurrent.

Il faut des médicaments à la portée des malades. Même si un médicament est efficace mais cher, il y a toutes les chances que le malade ne continue pas de les prendre », soutient-il. Ce dernier tout comme le professeur, Ahmadou Dièye recommande la combinaison des médicaments, un mode traitement qui a des effets positifs dans la régulation de l’hypertension artérielle.

« Il faut donner des médicaments qui ont démontré leur efficacité sur le plan clinique », insiste Abdou Bâ. Surtout que l’on constate l’inefficience de certains hypertenseurs chez certains patients après une longue prise. « Certains médicaments efficaces au début du traitement peuvent devenir inefficaces à la longue. Cela s’explique par le phénomène de contre-régulation », fait remarquer le professeur Abdou Bâ, qui a beaucoup insisté sur la prévention de cette maladie qui touche aujourd’hui près d’un milliard de personnes à travers le monde.

Idrissa SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !