Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Paludisme, diarrhées, malnutrition : le lourd tribut du changement climatique - 08/04/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Protéger la santé face au changement climatique ». Tel est le thème de la Journée mondiale de la santé célébrée chaque 7 avril, marquant ainsi l’entrée en vigueur de la constitution de l’Organisation mondiale de la Santé (1948). La journée a été une occasion de faire un plaidoyer auprès des partenaires de la Santé, afin d’associer le plus grand nombre de personnes à la campagne mondiale destinée à protéger la santé des effets néfastes du changement climatique. La Journée mondiale de la santé célébrée hier à travers le monde a été une occasion, selon le directeur du Cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention, Cheikh Issa Sall, de lancer un plaidoyer auprès des décideurs politiques et partenaires de la Santé afin d’associer le plus grand nombre de personnes à la campagne mondiale destinée à protéger la santé des effets néfastes du changement climatique.

Venu présider la cérémonie officielle de la journée qui a eu lieu dans les locaux du Service national de l’éducation et de l’information pour la santé (Sneips), Cheikh Issa Sall a fait savoir que si les tendances actuelles du réchauffement climatique se poursuivent, l’Humanité risque de connaître un surcroît de traumatismes, de maladies et de décès associés à des catastrophes naturelles et à des vagues de chaleur.

Au niveau mondial, déjà plus de 60.000 décès sont enregistrés chaque année suite à des catastrophes naturelles liées au changement climatique. Pis, se désole-t-il : « il y aura une augmentation des taux de maladies transmises par les aliments, l’eau ou des vecteurs ainsi qu’un accroissement des décès prématurés et des cas de maladies liés à la pollution atmosphérique ».

Il a indiqué dans ses explications, qu’un certain nombre de maladies, dont les plus meurtrières, sont sensibles aux conditions climatiques. Il s’agit du paludisme, de la diarrhée et de la malnutrition qui provoquent, chaque année, plus de trois millions de décès et l’on peut s’attendre à ce que l’évolution des schémas climatiques et la diminution des réserves en eau aient des conséquences sur l’augmentation de ces maladies et problèmes, informe Cheikh Issa Sall.
Le choix du thème « Protéger la santé face au changement climatique » est justifié par le fait que le phénomène du changement climatique est l’un des plus grands défis du monde actuel, a déclaré le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) à Dakar, le Dr Antonio Pédro Filipe Junior.

Avant d’ajouter que : « le changement climatique est une menace émergente pour la sécurité sanitaire parce qu’il accentue la pression sur les systèmes de santé publique, notamment dans les pays en développement ».

Et de poursuivre : « le changement climatique contribue directement au changement dans la répartition géographique des maladies vectorielles telles que le paludisme et la survenue d’épidémies de méningite à méningocoques, de fièvres de la vallée du Rift et de choléra dans les zones jusque-là épargnée ».
Ce qui lui fait dire que la protection de la santé face au changement climatique requiert des actions dynamiques pour s’attaquer aux faiblesses actuelles des systèmes de protection de la santé et aux défis supplémentaire associés à la gestion des risques pour la santé.

C’est pourquoi l’Oms, informe-t-il, élabore actuellement une stratégie et un plan d’actions visant à appuyer les efforts des Etats membres dans le cadre du renforcement des capacités, mais surtout mettre en œuvre des interventions efficaces pour atténuer les effets du changement climatique.
Ce changement climatique qui, d’ici la fin du 21e siècle, à cause du réchauffement de manière globale, note Cheikh Ndiaye, ingénieur sanitaire à l’Oms, se situerait entre 1,8 et 4 degrés avec une élévation du niveau des océans de près 590 mm. Cheikh Ndiaye a également animé un panel où il est largement revenu sur les effets du changement climatique sur la santé.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !