Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Dr Babacar Vilane, chef de service psychiatrique de l’hôpital principal : « C’est une souffrance existentielle qui a atteint les plus vulnérables » - 19/04/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Les crises d’hystérie collectives survenues, hier, au lycée Lamine Guèye de Dakar, sont liées à une souffrance individuelle et historique exprimée par un élève de façon brutale et qui ont contaminé les autres partageant le même espace. C’est un phénomène complexe », explique le chef du service psychiatrique de l’Hôpital Principal de Dakar, le médecin colonel Babacar Vilane. Cinquante-cinq élèves dont deux garçons étaient admis à l’Hôpital Principal, mais la plupart sont retournés chez eux. Face à la presse pour expliquer le phénomène, le Pr Vilane dit : « en médecine psychologique, le diagnostic ne se fait pas de la même manière qu’en médecine organique qui définit le germe responsable d’un phénomène. Ce que nous pouvons dire, c’est une souffrance existentielle, historique, qui a été exprimée par une adolescente. Et les plus vulnérables ont été atteints, par ce que nous appelons un effet d’entraînement et chacun a réagi. Ce qui a créé toute cette agitation ».

Il ajoute : « il y a eu plus de peur que de mal, parce que la prise en charge de ces élèves n’a pas révélé des facteurs graves qui peuvent compliquer leur santé ». Le chef de service d’accueil et d’urgence, le Dr Mapathé Seck, le responsable de la médecine scolaire, entre autres, estiment que la forte pression, le stress et la surcharge des élèves en cette période d’évaluation et de composition peuvent aussi être à l’origine de ces crises aiguës. A une certaine période de l’année scolaire, ces cas de crises liées à la surcharge de travail à la veille d’examens sont notés dans les lycées et collèges, dit le responsable de la médecine scolaire.

Il souhaite que les parents d’élèves soient sensibilisés pour éviter la panique. Le conseiller technique du ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Aïda Sylla, a annoncé que les ministères de la Santé et de l’Education mettront en place un programme de prévention pour prévenir ces genres de crises au niveau des établissements. Une enquête sera aussi ouverte pour identifier les causes. La piste mystique a été écartée par les spécialistes de la santé. Le directeur de la Santé, le Pr. Oumar Faye, s’est félicité de la prise en charge des élèves. A son avis, ces phénomènes arrivent dans tous les pays du monde, l’essentiel, c’est de les maîtriser.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !