Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Allaitement maternel exclusif : meilleure prévention pour les nouveaux-nés - 16/05/2008 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les enfants sénégalais âgés de 0 à 5 ans sont estimés à 2 millions d’âmes. Cependant il a été constaté que 35 nouveaux nés sur mille meurent avant de fêter leurs 28éme jour et 61 bébés sur mille naissances n’atteignent même pas une année mais aussi 121 enfants sur mille décèdent avant l’âge de 5ans. Autrement dit, un Sénégalais sur 8 meurt avant son cinquième anniversaire. Une situation qui n’est pas totalement étrangère au traitement maternel de l’enfant à sa naissance.

En effet, concernant l’allaitement au sein maternel, seuls 22, 7% sont mis en tétée dans l’heure qui suit leur naissance. Les mères qui font l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois ne représentent que 34%. Ce qui est loin d’atteindre l’objectif des 80% fixés pour 2015, a révélé avant-hier mercredi, le chargé de programme pour la survie de l’enfant, lors de la journée de promotion de l’allaitement maternel.

Le médecin colonel Youssouph Gaye, chargé du Programme pour la survie de l’enfant a dégagé ce constat déplorable lors de la célébration de la journée pour la promotion de l’allaitement maternel organisée au Méridien Président. La santé de l’enfant et de la mère préoccupe de plus en plus face au nombre alarmant d’enfants qui perdent la vie après la naissance et avant l’âge de 5 ans. Pour faire face à la situation, les autorités médicales ont organisé avant-hier une journée de promotion de l’allaitement maternel présidée par le ministre de la Santé et de la Prévention, des partenaires de développement, en présence du guide religieux Imam Hassane Cissé très connu au niveau national et international pour son engagement dans la lutte pour la santé des enfants et les mamans.

La journée a été marquée par plusieurs interventions des professionnels du milieu dont les Pr Salimata Wade biochimiste et nutritionniste et Guilaye Sall, le Colonel Youssouph Gaye, ainsi que le ministre de la santé et de la prévention Mme Safiétou Thiam. Selon le Professeur Salimata Wade, des études ont démontré que le lait humain est un bio spécifique et aucun autre lait ne peut le remplacer dans sa composition. Ainsi, l’allaitement maternel exclusif de l’enfant de 0 à 6 mois lui assure une nutrition optimale, réduit la fréquence des infections et allergies, et diminue chez lui des risques d’obésité et de maladies chroniques avant l’âge adulte. C’est dans ce sens que ce nutritionniste a révélé à l’assistance que le lait maternel contient plus de 200 substances biologiques dont les différentes compositions s’adaptent à l’enfant à la seule condition de lui faire bénéficier d’un allaitement exclusif au sein.

Quant au colostrum a t-elle précisé, c’est un liquide jaunâtre présent dans le sein de la mère après 12 et 16 semaines de grossesse, riche en calories et en éléments nutritifs protecteurs contre les bactéries et les microbes pathogènes.

Mme Saly Wade a indiqué par ailleurs que des études ont montré que le lait maternel est composé de 87,5% d’eau et est capable de satisfaire les besoins hydriques de l’enfant même dans un climat chaud ou humide. Suffisant donc pour limiter exclusivement l’enfant de 0 à 6 mois au lait maternel, a insisté l’universitaire qui conseille également aux mères de consommer plus d’aliments riches en protéine afin que le lait puisse avoir suffisamment d’éléments nutritionnels.

Pour sa part, le pédiatre Guilaye Sall de l’hôpital Aristide Le Dantec a laissé entendre que l’allaitement maternel est une priorité mondiale à raison de ces multiples avantages. C’est pourquoi, il préconise de l’accompagner par une réelle volonté politique pour étendre les acquis. Il s’agit aussi, selon lui de faire la promotion et d’élargir le partenariat au niveau local et international pour que toutes les communautés soient touchées par la pratique.

A sa suite, le Colonel Youssouph Wade, est revenue sur la situation sanitaire et nutritionnelle pour dire qu’une politique sanitaire est en exécution pour accélérer les changements de comportements afin de porter à 80 % le taux de femmes qui pratiquent l’allaitement maternel d’ici 2015.

IMAM HASSAN ALIOU CISSE

Un militant pour la bonne cause de l’enfance

L’imam Hassan Cissé a été désigné pour trois ans Ambassadeur pour la promotion santé de la mère et de l’enfant au Sénégal.

Né le 4 décembre 1945, c’est très tôt que le petit fils de Baye Niass a été sensibilisé sur l’importance des soins de santé par son père qu’il accompagnait lors de ses consultations médicales. Dans l’univers des infrastructures de santé, le jeune garçon comprit que la vie tenait beaucoup aux soins et autres pratiques médicales. Porté plus tard vers des études religieuses qui lui feront sillonner plusieurs pays africains et arabes, Serigne Assane Cissé gardera avec lui cet altruisme envers son prochain et ne cessait de prêter toute son attention aux personnes qui souffrent de tant de maladies sur terre. Ce qui le poussa de plus en plus à sensibiliser les populations et s’érigea en éducateur zélé dans la voie de combattre les différents fléaux qui assaillent les jeunes et surtout les enfants de bas âge.

C’est avec l’Unicef qu’il a fait un long compagnonnage au front de la sensibilisation pour la survie de l’enfant. On retiendra également sa plaidoirie magistrale au Nigeria et qui conduit aujourd’hui le programme élargi de vaccination à atteindre le taux couverture de 98 % à travers presque 10 Etats de ce pays d’Afrique. Alors que sans son intervention, en dépit des directives des autorités de ce pays, les populations allaient continuer à refuser à vacciner leurs enfants. Avec sa participation à plusieurs sommets mondiaux pour la survie et le droit de l’enfant et de sa mère, aujourd’hui, c’est ce personnage clé que le ministère de la Santé et de la Prévention vient de nommer Ambassadeur pour la santé de l’enfant et de sa mère. Une nomination qui a été faite devant une salle remplie de ses talibés venus du Sénégal et des autres pays. Une nomination de haute distinction qui va lui permettre de faire la promotion de la santé de l’enfant et de sa mère.

Par Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !