Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Malades perdus de vue : Un faible taux en 2005 - 23/05/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Poponguine a une population estimée à 43.223 habitants, selon Mamadou Gaye, le superviseur du Centre de santé. Chaque année, le nombre attendu de malades de la tuberculose est de 45.
Mais, en 2005, 51 tuberculeux ont été reçus. Parmi eux, 41 étaient des malades souffrant d’une tuberculose pulmonaire, c’est-à-dire de patients dont la tuberculose était contagieuse.

Et le nombre des malades dont la tuberculose était extra-pulmonaire (ou bien non contagieuse) était de 10 personnes, en 2005. Le taux de guérison enregistré est de 55 %. Le taux des malades qui ont terminé le traitement est de 25 %. Et le taux des malades transférés (qui ont débuté le traitement à Poponguine, mais qui ont été orientés ailleurs parce qu’ils n’y habitent pas ou bien parce qu’ils travaillent ailleurs), est quant à lui de 10 %. Selon M. Gaye, le taux de malades perdus de vue est faible puisque étant de 10 %. En clair, en 2005, c’est uniquement un seul tuberculeux qui a été perdu de vue.

“Nous recevons des malades hors-zone, des gens qui viennent de Ngaparou, de Somone, de Tène Toubab, etc. Ici, on n’enregistre pas beaucoup de cas de rechute, car les malades suivent correctement le traitement ”, souligne Mamadou Gaye, qui met cela sur le compte de l’organisation du réseau communautaire dont l’appui est d’une importance capitale dans l’éducation au niveau des familles. “Si c’était seulement le personnel soignant, on ne pourrait pas avoir ces résultats”, nuance-t-il. Pour le premier trimestre de 2006, 12 malades ont été enregistrés dont 9 patients à frottis positifs (une tuberculose pulmonaire avérée) et 3 malades qui souffrent d’une tuberculose extra-pulmonaire, non contagieuse. “ Tous les malades sont sous traitement et on les encadre correctement ”, rassure Mamadou Gaye, le superviseur du Centre de santé de Poponguine. Il précise que pour l’estimation, un malade qui n’a pas correctement suivi son traitement, même s’il guérit, on ne le comptabilise pas sur la liste des tuberculeux guéris. Il faut rappeler que le traitement dure 8 mois, dont 2 mois de traitement intensif et 6 mois de traitement-entretien. Il est jugé assez long. C’est pourquoi, les spécialistes s’échinent dans les laboratoires de recherche pour le raccourcir.

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !