Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Neurochirurgie : le parent pauvre du système de santé - 17/06/2008 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Sénégal compte en tout et pour tout 10 neurochirurgiens pour une population estimée à 11 millions d’âmes. Comparé à ses voisins de l’Afrique au Sud du Sahara, en dépit de cette insuffisance de spécialistes en neurochirurgie, le Sénégal est de loin mieux loti dans ce domaine pointu de la pratique médicale. Ce constat a été dressé avant-hier, lors de la clôture du premier cours international de la neurochirurgie organisé à Dakar sous l’égide de la Fédération mondiale des neurochirurgiens.

La neurochirurgie reste le parent pauvre du système de santé à travers le monde. Dans plusieurs pays, le déficit en personnel qualifié dans cette haute spécialité est devenu un casse-tête réel. Même en Europe ou en Asie les praticiens en neurochirurgie sont rares. Pourtant ce sont eux qui opèrent les cerveaux et ouvrent la boîte crânière des malades et sans ces neurochirurgiens, ils meurent par défaut de prise en charge.

En Afrique, cette spécialité fait des émules même si on en compte un nombre toujours insuffisant. Par exemple dans un pays comme le Togo il n’en existe qu’un seul spécialiste alors qu’en Gambie, en Guinée Bissau, en Guinée, au Cap Vert et d’autres pays de l’Afrique subsaharienne n’en disposent même pas un. La raison souvent avancée c’est que ses études sont longues et onéreuses comme en témoigne le Pr Armando Basso, président de la Fondation de la fédération de neurochirurgiens ex vice-président de la Fédération mondiale.

Selon ce spécialiste, les populations malades et qui vivent dans des pays qui ne disposent pas de neurochirurgiens « sont condamnées à mort ». Pour remédier à cette situation, le Pr Basso préconise aux Etats et aux Fondations de s’intéresser davantage à cette spécialité et d’aider les médecins qui veulent se spécialiser.

Le professeur Seydou Badiane a expliqué quand à lui ce différencie la neurochirurgie de la neurologie médicale qui est une discipline des maladies neurologiques nécessitant des interventions chirurgicales. Elle englobe autant de pathologies handicapantes et mortelles comme les tumeurs, les traumatismes et les pathologies dites vasculaires hémorragiques ainsi que de mal formatives des enfants a t-il indiqué.

La représentante du ministre de la Santé et de la Prévention qui s’est réjouie de la tenue de cette rencontre à Dakar a exprimé la volonté du ministère de la Santé de soutenir la formation des jeunes désireux de se spécialiser en neurochirurgiens.

A noter 36 participants dont 11 venant de l’Afrique subsaharienne ont eu à échanger et bénéficier de l’expertise internationale relative à plusieurs domaines de la neurochirurgie.

Par Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !