Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Objectif : campagne nationale de planification familiale ; Relever le taux de contraception - 12/07/2008 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pour mieux lutter contre la pauvreté et réduire la mortalité infantile d’ici 2015, le planning familial semble être la méthode la mieux indiquée. Selon le ministre de la Santé, qui présidait, hier, la cérémonie de lancement de la campagne nationale de planification familiale, «l’espacement des naissances au Sénégal pose encore problème». Il paraît que seuls 10 % de femmes en âge de procréer utilisent des méthodes de contraception, là où 32 %, soit 800 000 femmes, manifestent le besoin d’en bénéficier.

Le sujet du jour étant important, les femmes ne se sont pas fait prier pour venir assister massivement au lancement de la campagne de promotion de la planification familiale. En effet, la méthode contraceptive présente de nombreux avantages. Pour Mme Ngoné Ndoye, sénatrice-maire de Rufisque-Est, la planification familiale présente des acquis au niveau de la santé. Car, selon elle, «une femme qui veut faire des enfants, chaque année, aura des problèmes de santé. Et, mieux, elle ne pourra pas s’occuper de ses enfants et de sa famille». L’important, pour la sénatrice, ce n’est pas d’avoir des enfants seulement, car ils ont aussi besoin d’une bonne éducation et d’un bon encadrement.

Et, la femme, qui fait des enfants régulièrement, devient une charge au lieu d’être un facteur de développement. Sur le plan économique, l’espacement des naissances présente aussi des avantages, si l’on sait que la grossesse tout comme l’accouchement coûtent trop cher.
Le ministre de la Santé s’engage à accorder un suivi rapproché pour toutes les femmes qui décident de faire un planning familial. Par la même occasion, elle lance un appel à l’endroit des autorités religieuses, des décideurs de participer à encourager cette politique. Elle vise à améliorer, chaque année, le taux de la planification familiale à 1 %, chaque année. Les acteurs au développement comme l’Usaid ont décidé d’apporter leur soutien à cette politique, en vue de participer au développement économique du pays.

Par Justin GOMIS

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !