Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

PR Awa Marie Coll Seck, secrétaire executive du programme : faire reculer le paludisme. « Les résultats du Sénégal sont très appréciés » - 26/09/2008 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Nommée en 2004 à la tête du partenariat Roll Back Malaria, l’ancienne ministre sénégalaise de la Santé évalue avec une satisfaction mesurée la progression du paludisme dans le monde. Selon le Pr Awa Marie Coll Seck : " Après de longues années, des changements très favorables sont observés dans de nombreux pays.

La maladie régresse en Asie (Vietnam et Cambodge), en Amérique (Guyane), et en Afrique au sud du Sahara (Rwanda, Tanzanie, Zambie, Erythrée). D’autres pays restent sur la bonne voie. Cependant, si l’évolution du paludisme semble amorcer un tournant favorable, beaucoup reste à faire surtout dans de grands pays comme le Nigéria ou le Congo démocratique qui pourraient faire la différence".

Pour contenir la malaria qui menace gravement l’Afrique subasaharienne, Mme Seck préconise le maintien du paludisme sur l’agenda international, un leadership politique et communautaire, des interventions à large échelle (moustiquaires imprégnées, pulvérisation dans les domiciles, mesures environnementales, traitement avec les dérivés d’arthémisinine, une grande sensibilisation des populations pour un changement de comportement et une judicieuse utilisation des financements. Le paludisme fait perdre à l’économie africaine près de 12 milliards de dollars par an. Au niveau de ces mêmes Etats, les engagements de porter le budget de la santé à 15% du budget national est loin d’être atteint.

Pourtant, la maladie décime des populations entières alors qu’on sait que sa maîtrise permettrait d’atteindre plus facilement la majorité des Objectifs du millénaire pour le développement. En outre, on note que les plans de lutte nationale manquent souvent de financements. Certains pays comme le Sénégal avaient de la peine à se faire financer par le Fonds global contre le paludisme, le Sida et la tuberculose. Mais, à en croire Awa Marie Coll Seck, on note « beaucoup d’acquis dans ce domaine ».

En 2007 près de 1,5 milliard de dollars sont destinés à la lutte contre le paludisme alors qu’« en 2000, les fonds tournaient seulement autour de 60 millions de dollars. La grande majorité de ces moyens vont directement aux programmes nationaux. », précise Mme Seck.

Sur le 1 milliard 5, la moitié est liée à l’aide internationale, faite en grande partie par le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, par l’initiative présidentielle américaine contre le paludisme qui appuie 15 pays et par la Banque mondiale. Des accords bilatéraux apportent aussi leur contribution à la lutte antipaludéenne. Pour sa part, le Sénégal a reçu un soutien financier du Fonds mondial dès 2003 et fait partie aujourd’hui des pays dont les résultats sont très appréciés.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !