Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Kaolack / le choléra persiste encore dans la région 16 nouveaux cas à Ndoffane et Kaffrine - 03/10/2008 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le choléra s’est nouveau déclaré dans les communes de Ndoffane et Kaffrine qui ont respectivement enregistré ces jours derniers 14 et 2 cas. Ces nouveaux cas qui viennent alourdir le bilan, même s’il y a accalmie quelque part au niveau des zones où ont été déclaré témoignent que la maladie des mains sales poursuit une cadence progressive dans le centre du pays, car, en dehors des personnes atteintes, 10 décès ont été également enregistrés dans le Saloum. La révélation vient en effet du Docteur Dr Ndiaye, chef de service du département de la région de Kaolack.

Les derniers chiffres notés au sein de ces deux nouvelles communes, augmentent cependant le bilan, le portant ainsi au nombre de 481 malades par cumul de Juillet à nos jours. Les personnes touchées sont présentement internées soit dans les pavillons de l’Hôpital régional El Hadji Ibrahima Niasse, soit au district sanitaire de Kasnack A l’hôpital de Kaolack quelques malades suivent encore leurs soins médicaux.

Dans ces mêmes services et au sein du personnel médical régional, c’est en effet l’inquiétude totale, mais aussi la campagne de lutte contre l’insalubrité notamment par rapport à la gestion des fosses septiques en milieu urbain.

Il faut dire que dans la plupart des zones de forte agglomération de la région, les difficultés d’évacuation des déchets liquides, visiblement, pèsent lourdement sur le travail des services de nettoiement communaux qui n’ont plus les possibilités de d’évacuer leurs produits dans les zones limitrophes faute de dépotoirs aménagés.

Ni avec l"office national d’assainissement au Sénégal (ONAS), ni avec les autres les autres circonscriptions voisines, les différents partenariats ne donnent point aux municipalités la chance de trouver un local sauvage où ils peuvent tranquillement déposer les déchets liquides et solides, dont la production naturelle, se fait en grande quantité dans leurs communes respectives.

Ainsi en périodes d’hivernage, surtout aux moments des fortes précipitation, les populations profitent de l’abondance des eaux pour vider leurs fosses septiques, ce qui constituent de graves dangers pour l’environnement et la santé des populations.

Les services d’hygiènes publiques jugent cependant nécessaire pour les autorités locales de prendre des mesures nécessaires pour interdire des vidanges sauvages des fosses septiques. Des décisions qui contribueront sans doute aux opérations devant freiner la progression du choléra dans la région de Kaolack.

Par Abdoulaye FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !