Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Tambacounda/ centre hospitalier régional : les germes de la turbulence - 21/10/2008 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Il faut à l’équipe directionnelle du centre hospitalier régional de Tambacounda une véritable alchimie pour procéder à des évacuations sur Dakar ou Kaolack. Car l’établissement de Santé souffre du manque de l’absence de certaines spécialités et ses deux ambulances sont devenues des épaves au grand dam des malades.

Pour évacuer ce dimanche 19 octobre un malade sur Dakar, le gouverneur de la région a dû réquisitionner l’ambulance du centre de santé de Koumpentoum, localité située à une centaine de kilomètres de Tambacounda. Des sources dignes de foi indiquent qu’il y a de cela quelques semaines, un malade transféré dans une ambulance à la hauteur de Koumpentoum a rendu l’âme, la vieille guimbarde du centre hospitalier régional qui le transportait avait des ennuis mécaniques, elle était acquise par la structure de santé sur fonds propres en 2004. Celle qui a été mise à la disposition de l’hôpital en mars 2005 n’était pas adaptée et est également dans un état tel que plus personne n’accepte de faire évacuer son malade avec.

Les distances parcourues et l’état valétudinaire des routes sont passés par là. L’achat d’une ambulance médicalisée est devenu plus qu’une urgence. « Des spécialités comme la neurologie, la cardiologie font défaut et même pour certaines interventions chirurgicales, nous nous trouvons dans l’obligation d’évacuer les malades », expliquera Bouna Ndiaye, le directeur de l’hôpital.

La tutelle aurait promis de prendre cette question en charge dans le budget 2009. En attendant, ne serait-il pas envisageable de lorgner du côté des compagnies minières qui, dans le cadre de leurs fonds sociaux ont déployé près de quatre ambulances médicalisées à Boféto, Saraya par Arcelor Mittal, à Khossanto par MDL et Sabodala avec l’ambulance achetée par Oromin alors que toutes ces contrées envoient leurs malades au centre hospitalier régional ?

Rien que pour le premier semestre de l’année 2008, 22 malades sont évacués vers des hôpitaux de Dakar ou Kaolack pour 19 096 consultations, tout service confondu, pour la même période. Le taux de fréquentation du centre hospitalier est élevé, toute la sous-région ainsi que les 9 centres de santé des régions de Tambacounda et Kédougou auxquels s’ajoutent l’hôpital de Ninefescha et la maison médicale Pierre Fabre de Wassadou y réfèrent leurs malades. L’état des malades souffrant de problèmes d’ordre neurologique et cardiologique n’est que stabilisé par les généralistes en attendant de les évacuer.

Le seul gynécologue et les deux chirurgiens, soutient-on, sont débordés. Ils se défoncent à un rythme presque insoutenable, et les mesures d’accompagnement feraient défaut, ce qui est loin d’être motivant. Le cardiologue affecté dans la structure de santé n’a pas daigné se pointer, un technicien supérieur en anesthésie (autre spécialité faisant défaut) n’a fait que prendre service pour ensuite ne plus revenir.

Pourtant des efforts sont en train d’être menés pour moderniser l’hôpital. Dans le cadre de son projet d’établissement, la BID y réhabilite le service administratif, construit une nouvelle pharmacie, un nouveau service de médecine interne, un autre de chirurgie, un local de stérilisation, une cuisine et un restaurant. Il est prévu dans le cadre du budget consolidé d’investissement la construction d’un centre d’hémodialyse, le dossier d’appel d’offres pour cette structure très spécialisée serait prêt.

Que vaudront toutes ces créations si le problème de personnel très qualifié qu’elles requièrent ne suit pas ? Le centre hospitalier régional de Tambacounda nécessite une opération chirurgicale, et le plus vite serait le mieux.

Par Boubacar TAMBA

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !