Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Cancer du sein au Sénégal : 2.500 nouveaux cas décelés par an - 22/10/2008 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le cancer du sein est la première cause de mortalité chez la femme africaine et la troisième cause de mortalité par cancer en général dans le monde. Au Sénégal 2.500 nouveaux cas sont enregistrés par an. C’est le Pr Mamadou Diop, chef du Service de l’Institut cancer à l’Hôpital Aristide Le Dantec qui a fait la révélation hier, mardi en prélude de la Journée d’information et de sensibilisation prévue le samedi 25 octobre dans l’enceinte de l’hôpital de Pikine.

Le cancer du sein continue de faire des ravages dans le monde. Selon le Pr. Mamadou Diop, ce type de cancer se situe au second rang des cancers, tous sexes confondus, avec un taux de 22,7 % sur l’ensemble des cancers observés dans le monde. Pourtant précise le cancérologue, une prise en charge appropriée après un diagnostic précoce permet d’éviter l’issue fatale. Il a en outre indiqué que la grande majorité des patientes, environ 70% des consultées au Sénégal souffre du cancer du sein.

Le Pr Diop indique, qu’au Sénégal le cancer du sein occupe le second rang des cancers de la femme, représentant environ 2500 nouveaux cas par an, dont la moitié est prise en charge par l’Institut du cancer de l’hôpital Le Dantec.

Mais ce qui est regrettable, selon lui, c’est que la grande majorité des patientes souffrant de cette pathologie viennent se consulter tardivement dans les structures de soins. C’est-à-dire au moment où la maladie atteint un état très avancé. Toute chose qui fait que le traitement devient très coûteux pour les patients.

Par Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !