Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladies allergiques : 15 à 20% de la population touchée par le fléau - 31/10/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les 7èmes rencontres annuelles francophones de formation en allergologie (30 octobre-1er novembre) à Dakar ont été l’occasion pour les spécialistes de ces maladies de faire un véritable plaidoyer pour sensibiliser les populations sur les dangers de ces maladies. Cette rencontre est à l’initiative de l’Association nationale française de formation continue en allergologie (Anaforcal) qui est une fédération des médecins spécialisés en l’allergologie.

Les maladies allergiques touchent une grande partie de la population de chaque pays. Ils sont 15 à 20% de personnes à souffrir de ces maladies qui ont pour noms asthme, eczéma, rhinite ou encore conjonctivite. Dans ce pourcentage très important, les asthmatiques se taillent le plus gros lot avec 7 à 10% d’individus concernés. C’est pourquoi, l’Organisation mondiale de la santé a placé ces maladies à la 4ème place des pathologies dans le monde. En outre, estime le Pr. Jean Pol Dumur, président de l’Association nationale française de formation continue en allergologie (Anaforcal), « ces maladies allergiques ont doublé dans les 20 dernières années, pas seulement dans les pays développés, mais aussi dans de nombreux pays d’Afrique et d’Asie ».

S’exprimant au cours des 7èmes rencontres francophones de formation médicale continue en allergologie combinées avec les IVèmes Entretiens d’allergologie et de Pneumologie de l’hôpital Principal de Dakar, le Pr. Dumur pense que ces maladies sont liées au mode de vie qui change, à la pollution atmosphérique. « Les gens vivent de plus en plus dans des appartements confinés, ne sont plus à l’air libre comme avant. Donc, il y a des acariâtres qui se développent et la vie en commun avec les animaux », explique le Pro. Dumur. Véritables problèmes de santé publique donc, les maladies allergiques sont pourvoyeuses de nombreux accidents qui, selon le directeur de l’hôpital Principal de Dakar, le Pr. Boubacar Wade « peuvent aboutir à des drames ».

Pour sa part, le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Safiétou Thiam estime qu’il est temps d’agir, face à un fléau qui existe dans tous les quartiers et qui ne cesse d’augmenter. Pour elle, il s’agit d’œuvrer pour que des personnes ne meurent plus à l’entrée de l’hôpital, pour que les femmes enceintes puissent mener leur grossesse à terme, malgré leurs pathologies. Mais aussi pour que les enfants puissent grandir avec un système respiratoire à l’abri de toute nuisance aux maladies allergiques.

Au Sénégal, il reste que les ressources humaines sont rares dans cette spécialité que constituent les maladies allergiques. Cependant, avec l’appui de l’Etat, le Pr. Boubacar Wade de l’hôpital Principal de Dakar promet que bientôt le plateau technique sera renforcé dans sa structure concernant la prise en charge de ces pathologies. « Prochainement, nous allons inaugurer un service de réanimation », ajoute-t-il. Aussi, pour améliorer l’environnement et permettre la respiration d’un air pur, le gouvernement a initié plusieurs actions. Et Safiétou Thiam de rappeler, la mise sur pied de la Grande muraille verte, une initiative du chef de l’Etat. Un projet qui, rappelle-t-elle, en plus de sa fonction de diminuer l’avancée du désert va en partie, prévenir les maladies allergiques. Il en est de même de la réduction de l’âge du parc automobile, initié par le gouvernement pour diminuer la pollution atmosphérique dans le pays. Face à ce grand fléau que constituent les maladies allergiques, le ministre a estimé qu’il faut aussi s’appuyer sur le volet sensibilisation, éducation et formation des populations. Ce qui leur permettra d’être à l’abri de ces pathologies.

Maguette NDONG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !