Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Campagne nationale de lutte contre le Sida - La prévention des nouvelles infections érigée en priorité - 03/11/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’épouse du chef de l’Etat, Mme Viviane Wade, a présidé vendredi dernier la cérémonie de lancement de la campagne nationale de lutte contre le Sida édition 2008 et le projet de marketing social pour la réduction de comportements à risque de transmission des Infections sexuellement transmissibles (Ist/Sida) chez les jeunes au Sénégal. Des plaidoyers ont été faits pour le renforcement de la prévention dans les couches vulnérables.

La campagne nationale de lutte contre le Sida a été lancée dans la grande salle du Cices pleine à craquer. Prenant la parole, Ismaëla Goudiaby, président du Réseau national des Personnes vivant avec le VIH/Sida, a relevé les efforts à faire pour lutter contre la stigmatisation, la discrimination dont certains malades font toujours l’objet dans leur famille, leur lieu de travail et dans la société, en général. Il a aussi évoqué les problèmes d’insertion socio-économique des malades.
Au Sénégal, on dénombre 7.849 malades qui sont sous traitement antirétroviral. Mais, même si le traitement de ces Personnes vivant avec le VIH occupe une place de choix dans les programmes, la prévention reste au cœur des stratégies pour maintenir et améliorer les acquis.

C’est pourquoi, a insisté le Dr Ibra Ndoye, secrétaire exécutif du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), « le thème (l’action des dirigeants), nous interpelle dans le renforcement de notre leadership et de notre engagement. Durant deux mois, nous devons faire des séances de sensibilisation pour renforcer la prise de conscience. Une prévention efficace et durable réduirait les nouvelles infections ». Le ministre de la Santé et de la Prévention a abondé dans le même sens. « Nous n’avons pas le droit de baisser la garde. Nous devons rester mobilisés. Nous n’avons pas le droit de dormir sur nos lauriers. Le combat doit être soutenu ».

Pour la directrice régionale de l’Onusida, le docteur Meskerem Grunitzky-Bekele, il faut l’engagement de tous dans la croisade contre le fléau. Selon elle, l’obtention de résultats tangibles dans la réponse à l’épidémie n’est possible que s’il existe un leadership fort et engagé.
« Il s’agit de leadership à tous les niveaux, du gouvernement, des différentes couches de la société, des familles et des individus. Responsabiliser les individus et les communautés pour faire face au Sida est un élément critique et fondamental du respect, de la promotion et de la valorisation de leurs droits humains », a-t-elle laissé entendre.

Le patron du Cnls a fait un vibrant plaidoyer pour la prise en compte, dans les stratégies, des couches vulnérables comme les jeunes, les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (Msn en anglais, ndlr). « Nous devons prendre en compte ces cibles si nous voulons capitaliser nos acquis. Les rejeter, les discriminer, c’est contribuer à propager la maladie », lance le Dr Ibra Ndoye.

Marketing social

Le renforcement de la sensibilisation est d’autant plus justifié que l’Enquête démographique et de santé (Eds IV) comme l’enquête Changement aptitude et pratique (Cap) montrent que chez les jeunes, le niveau de connaissance des Ist/VIH/Sida est bas : il est de 21% chez les garçons de 15-19 ans et 18% chez les filles de la même tranche d’âge. De plus, les garçons de 15-24 ans sont engagés à 91% dans les rapports dits à haut risque contre 11% chez les filles. Ces données justifient, s’il en est besoin, toute la pertinence du projet de marketing social pour la réduction des comportements à risque de transmission des Ist/VIH/Sida financé par la République d’Allemagne à hauteur de 3,3 milliards de francs Cfa.

« Le projet de marketing social financé par le gouvernement allemand à hauteur de 5.033.000 euros participe à la consolidation des acquis et à la prévention de nouvelles infections. Il s’inscrit dans une perspective de renforcement des actions et des synergies déjà en cours en mettant davantage l’accent sur les objectifs globaux de changement de comportement », a souligné Mme Doretta Loschelder, ambassadeur d’Allemagne au Sénégal.
Le ministre de la Santé et de la Prévention, le Dr Safiétou Thiam a salué l’engagement de la Première dame du Sénégal. Nous avons besoin de votre accompagnement pour réduire la stigmatisation, la discrimination pour faciliter l’accès au traitement.

Comportements responsables

L’épouse du chef de l’Etat, Mme Viviane Wade, a renouvelé son engagement à œuvrer dans la sensibilisation pour le dépistage, la prévention et aussi à lutter contre toutes les formes de stigmatisation. « Je continuerai à rester auprès du Cnls pour faire des plaidoyers pour le dépistage volontaire, j’appuierai l’Association des personnes vivant avec le VIH/Sida dans leur combat contre la stigmatisation », a-t-elle déclaré. Aussi, a-t-elle invité la jeunesse à adopter des comportements qui les mettraient à l’abri de la contraction du VIH/Sida.

« Je conseille à la jeunesse d’avoir des principes comportementaux que les générations de jeunes ont adopté et qui ont permis au Sénégal d’obtenir de bons résultats dans la lutte contre le Sida. Nous n’édictons pas vos comportements, mais c’est de votre responsabilité de préserver votre santé. Le président de la République, le Premier ministre comptent sur cette jeunesse pour adopter ces principes comportementaux », a plaidé la Première dame du Sénégal.

Idrissa SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !