Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Paludisme : le nombre de décès passe de 8.000 à 1.500 - 19/11/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Cours national sur le paludisme et la planification de la lutte antipaludique, démarré hier, 17 novembre 2008, à l’Institut Santé et Développement (Ised) de Mbour a été l’occasion pour le coordonnateur du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PLNP), le Dr Papa Moussa, Thior de révéler que la mortalité due au paludisme a connu une baisse au Sénégal. « En 2006, nous avions enregistré 600.000 cas de paludisme et 1 million en 2007. Si ces tendances continuent, nous devrions normalement avoir 600.000 cas de paludisme en ce mois de novembre 2008 ».

Ces chiffres donnés par le Dr Papa Moussa Thior, coordonnateur du Programme national de lutte contre paludisme (Pnlp) montrent que le paludisme a connu une nette baisse au Sénégal ces deux dernières années, de même que la mortalité.

La mortalité due au paludisme est passée de 8.000 cas en 1998 à 1.500 en 2007. Toutes ces informations ont été données à Mbour, dans la région de Thiès par le coordonnateur du Pnlp, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la première session du cours national sur le paludisme et la planification de la lutte antipaludique. C’était en présence du directeur de Cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention, Cheikh Issa Sall.

L’objectif de ce cours est de former les cadres du secteur de la Santé afin qu’ils puissent acquérir des connaissances et compétences managériales devant leur permettre, d’après Cheikh Issa Sall, de mettre en œuvre, de manière optimale, les interventions de lutte contre le paludisme.

Au terme de ces différentes sessions de formation, le vœu des responsables du Pnlp et partenaires est que les bénéficiaires constitués des acteurs de la Santé, notamment les médecins, les pharmaciens et entomologistes soient capables de prendre en charge la gestion des questions liées au paludisme, sur le plan clinique. Mais aussi et surtout de maîtriser la gestion des activités qui concourent à la lutte contre le paludisme, a indiqué le Pr Anta Tall Dia.

Ces trois sessions de formation vont regrouper 25 participants par session. Soit au total 75 médecins et intermédiaires qui bénéficieront de la formation. Ils seront formés par des experts nationaux et internationaux. Le Dr Mbaye Thiam, médecin-chef-adjoint du district sanitaire de Dahra dans le département de Linguère, région de Louga, a salué cette session parce qu’estimant qu’elle va leur permettre d’avoir de nouvelles connaissances qui leur permettraient de faire reculer le paludisme.

En faisant la situation de cette pathologie dans sa localité, il a révélé que son taux, qui a longtemps occupé le premier rang des motifs de consultations, a chuté ces dernières années, grâce aux campagnes de sensibilisation et aux actions de prévention mises en place. Le paludisme, selon lui, a laissé la place à l’hypertension artérielle et aux maladies cardio-vasculaires.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !