Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Traitement antirétroviral au CTA de Dakar : un taux de résistance de 11,5 % - 08/12/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La résistance aux Arv est une nouvelle donne dans le traitement des Personnes vivant avec le VIH/Sida. Une étude réalisée par les docteurs Kiné Ndiaye Touré, Ndèye Fatou Ngom, Ndèye Coumba Touré Kane, Cheikh Tidiane Ndour et portant sur 156 patients suivis au Centre de traitement ambulatoire (Cta) à Dakar révèle un taux de résistance de 11,5 % sur un total de 156 malades.

La thérapie antirétrovirale a amélioré de façon indéniable la vie des Personnes vivant avec le VIH/Sida. Elle a permis d’allonger la durée de vie des patients. Elle a en outre favorisé la réduction des infections liées aux infections opportunistes.

Mais aujourd’hui, il y a une résistance à ce mode de traitement un peu partout dans le monde et au Sénégal. En guise d’exemple, sur 156 patients mis sous Arv au Centre de traitement ambulatoire (Cta), durant une période de 70 mois, 18 ont répondu « aux critères d’inclusion », soit un taux d’échec de 11,5 %. La moyenne d’âge de ces malades tourne autour de 42 ans avec un sexe ratio de 1,25 en faveur des femmes. L’étude a couvert une période allant 1998 à 2001 et concerne les patients infectés par le VIH/1.

En cas de résistance, les praticiens prodiguent un traitement de seconde ligne et une assistance psychologique aux patients. « En cas de résistance aux Arv, il y a un traitement de seconde ligne que nous donnons. Nous essayons d’expliquer cette résistance aux malades », souligne le docteur Ndèye Fatou Ngom, membre du groupe qui a fait l’étude. Les docteurs Kiné Ndiaye Touré, Ndèye Coumba Touré Kane, Cheikh Tidiane Ndour, sont les autres professionnels de l’équipe de recherche. L’étude a été conduite dans le but de déterminer les prévalences d’une part et d’autre part fournir des recommandations. Rappelons que la résistance aux Arv a fait l’objet de sessions et de débats lors la 15e Icasa qui se déroule présentement à Dakar.

Idrissa SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !