Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la carence en vitamine A : augmenter les chances de survie des enfants par la supplémentation - 19/12/2008 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La deuxième phase des Journées Locales de Micronutriments (JLM) qui visent à lutter contre la carence en vitamine A et à déparasiter les enfants de moins de 5 ans a été lancée le 3 décembre dernier. Au Sénégal, 61% des enfants seraient exposés à la carence en vitamine A. D’où l’importance des journées de supplémentation en vitamine A et de déparasitage. La carence en vitamine A constitue un problème de santé publique, les experts ont montré que le taux de carence en vitamine A est de 121 pour mille au Sénégal. Dès que cette mortalité dépasse le seuil de 70 pour 1000, il se pose un problème de carence en vitamine A.

Au Sénégal, un enfant sur huit décède avant son 5e anniversaire. L’amélioration du statut en vitamine A des enfants augmente leur chance de survie par la réduction de 5% de la mortalité attribuable aux maladies infantiles.

Selon le colonel Youssoupha Gaye, chef de la Division alimentation et de la survie de l’enfant (Danse), « la deuxième édition de la supplémentation couplée vitamine A et déparasitage se déroule tous les 6 mois sur une période donnée dans toutes les régions. La vitamine A est indispensable. Elle permet à l’enfant de pouvoir se protéger. L’idéal serait qu’on ait une supplémentation de routine. Malheureusement, elle n’est pas encore développée ».

Il a également insisté sur l’importance du déparasitage. Selon lui, l’objectif visé est de supplémenter en vitamine A et déparasiter au moins 90% des enfants de moins de 5 ans. La vitamine A est un élément-clé pour la croissance et le développement de l’enfant. Elle contribue à la réduction de la mortalité infanto-juvénile (risque de mortalité réduit de 50% pour la rougeole, d’environ 40% pour la diarrhée et de 30% pour l’incidence du paludisme).

La vitamine A protège l’enfant contre les maladies infectieuses. Elle est essentielle pour la vision nocturne et permet d’éviter la cécité crépusculaire ».

La campagne concerne les enfants âgés de 6 mois à 5 ans et les femmes.

Fatou Ndiaye NDAO (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !