Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Traitement de l’insuffisance rénale au Sénégal : Iba Der Thiam introduit une question orale à l’Assemblée - 16/04/2009 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Pr Iba Der Thiam interpelle encore le gouvernement en envoyant une question orale au président de l’Assemblée nationale sur le traitement de l’insuffisance rénale au Sénégal.

Motivant son interpellation, le Pr Thiam a rappelé les difficultés inhérentes à la prise en charge des personnes atteintes par cette maladie. Pour lui, le traitement de l’insuffisance rénale au Sénégal pose un problème de prise en charge (entre 50 et 150.000 F, 3 fois par semaine) « totalement incompatible avec les niveaux de revenus pratiqués dans notre pays, si bien qu’une personne victime de cette pathologie a très peu de chances de s’en sortir ». Et d’ajouter, « il semble, d’ailleurs, que seules 120 personnes sur 6.000 sont élues, actuellement, aux séances de dialyse, ce qui est, évidemment, catastrophique ». Pire, « il n’existe, au Sénégal, aucun système de prise en charge adéquat et on y compte à peine 10 Néphrologues ni de Service de Néphrologie organisé dans notre pays ». Or, a fait remarquer M. Thiam, en Afrique, des expériences existent, permettant la prise en charge des malades, la réduction notable des coûts, dont certains ont été ramenés à des niveaux raisonnables. C’est le cas en Mauritanie où « les dialyses sont gratuites, grâce à une subvention du gouvernement et au Cameroun, elles ne coûtent que 5.000 F par séance ». Aussi, le député demande au gouvernement de réfléchir sur cette question, d’une brûlante actualité, dont la solution permettrait de sauver des milliers de vies humaines menacées, aujourd’hui, dans leur écrasante majorité, faute d’une politique de suivi adéquate.

« Je demande au gouvernement de venir à l’Assemblée nationale, pour expliquer aux députés et à l’opinion, ce qu’il compte faire, par rapport à cette proposition », dit le député. Car, « il est à craindre qu’en dehors d’un cadre réglementaire et juridique, prenant en charge cette pathologie, dans toutes ses dimensions, le Sénégal, à l’image d’autres pays, connaisse le phénomène des achats d’organes, pour des transplantations en faveur des malades riches, à partir des reins des pauvres, ce qui serait une calamité », ajoute-t-il.

Daouda MANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !