Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Position -Eva Marie Coll Seck : «Un vaccin ne sera pas disponible avant 5 ans» - 27/04/2009 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Vaincre le paludisme semble relever d’une utopie, pour le moment, à la lecture des propos tenus par l’ancien ministre de la Santé, Eva Marie Coll Seck, par ailleurs, directrice exécutive de Roll Back Malaria. S’exprimant, samedi dernier, sur la radio privée Rfm, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, le professeur Seck est formelle : «Nous n’aurons pas un vaccin qui puisse être utilisé en santé publique avant 5 ans.» Les raisons sont, entre autres, liées à la complexité du gène, car jusqu’à présent, «les recherches sont en cours». Même s’il y a des lueurs d’espoir avec les «progrès» réalisés par les chercheurs, le pessimisme est manifestement de rigueur.

Et, comme pour rejoindre les experts nationaux dans leur conviction que le paludisme ne peut pas être éradiqué sans un candidat-vaccin, l’ancien ministre de la Santé laisse entendre que celui-ci «est indispensable, si nous voulons un jour éliminer cette maladie de notre planète».

Pourtant, les conditions semblent réunies aussi bien en termes de mobilisation communautaire qu’en termes de moyens. Eva Marie Coll Seck assure, en effet, que «de plus en plus d’acteurs se mobilisent pour lutter contre le paludisme, dans tous les secteurs». Mieux, en 10 années, ils sont passés «de 60 millions de dollars à 1,2 milliard de dollars, donc cela veut dire que les choses se sont aussi améliorées au plan financier et les pays ont les moyens pour lutter contre le paludisme».

Malgré le fait que plusieurs pays aient fait des résultats «satisfaisants», elle a appelé à plus d’efforts car «demain, c’est déjà aujourd’hui» pour paraphraser le sociologue américain Albin Toffler. Pour Marie Coll Seck, «nous avons aussi beaucoup de défis, parce que fin 2010 (marquant les Objectifs d’Abuja) on y est pratiquement et donc, il faut accélérer encore les efforts».

Par Aly FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !