Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Ecole de médecine Saint Christopher/Iba Mar Diop : les complications liées au diabète au cœur de la première soutenance de thèse - 28/04/2009 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'amphithéâtre de l'Ecole de médecine Saint Christopher/Iba Mar Diop a abrité, samedi dernier, la soutenance de la première thèse de médecine. Le premier docteur d'Etat en médecine issu de cette université privée est une jeune Burkinabé de 26 ans. Sa thèse de médecine a porté sur les complications liées au diabète. La soutenance de thèse de doctorat d'Etat en médecine de la Burkinabé Eliane Bassolé revêt une importance symbolique pour toute l'Université Ibrahima Niasse en général et particulièrement pour l'Ecole de médecine Saint Christopher/Iba Mar Diop.

Pour cause, cette étudiante est entrée définitivement dans l'histoire de cette école d'enseignement supérieur médical comme étant celle qui a soutenu la première thèse de doctorat d'Etat. Et pour marquer l'événement, les étudiants, les parents et les responsables de cette école de médecine portée sur les fonts baptismaux par Imam Assane Cissé et le Pr Iba Mar Diop ont mis les petits plats dans les grands. Pour rendre hommage aux pères fondateurs de cette université arrachés à notre affection au courant de l'année 2009, une minute de silence a été observée à leur mémoire.La thèse de doctorat en question a pour sujet : ‘Prévalence du diabète et l'intolérance au glucose des patients atteints de syndrome coronarien aigu : étude rétrospective sur 86 cas’. Elle a été soutenue le samedi 25 avril par Eliane Bassolé du Burkina Faso devant un jury composé d'éminents professeurs de la Faculté de médecine de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad).

C'est le Professeur Pierre Ndiaye qui a assuré la présidence du jury. Il était assisté des Pr Mourtalla Ka, Maboury Diao, alors que le cardiologue Abdoul Kanen était le directeur de thèse. Après avoir résumé le contenu de sa recherche en une dizaine de minutes, la parole est revenue au jury pour faire part de ses appréciations et formuler des critiques. Les professeurs Mourtalla Ka et Maboury Diao ont salué le ‘symbole’ ainsi que ‘la qualité et la pertinence’ de la soutenance.Prenant la parole à la suite des autres intervenants, le président du jury, le Pr Pierre Ndiaye, a déclaré d'emblée que ‘cette journée sera marquée d'une pierre blanche dans la vie de notre institution. Les premiers produits de notre institution sont là. Nous ne pouvons pas ne pas penser à ceux qui se sont battus pour créer cette école. Le Pr Iba Diop Mar et Imam Assane Cissé avaient comme credo l'excellence et le souci de contribuer à la résolution des problèmes de leur pays’.

Abordant la problématique des complications liées au diabète, évoquées par la thèse d’Eliane Bassolé, le Pr Pierre Ndiaye a estimé que si l’on n'y prend garde, le diabète risque de devenir une épidémie au Sénégal dans les années à venir. Ceci à cause justement des mauvais comportements alimentaires et habitudes de vie. ‘Là où une famille française achète un litre d'huile et une caisse de sucre pour un mois, nous on achète plus. Même pour préparer le poulet, on l'enduit de beurre. Or on ne sait pas que les aliments que nous mangeons, sont le lit de la maladie de demain’, renseigne le Pr Pierre Ndiaye. Par conséquent, il est d'avis qu'il est urgent d'aller vers un changement de comportement en mangeant moins gras, moins sucré, en faisant régulièrement du sport et en évitant l'obésité.

Cela d'autant plus les coûts médicaux pour la prise en charge du diabète sont colossaux et ne sont pas à la portée du Sénégalais lambda. ‘C'est toute l'importance des cours de communication et d'épistémologie parce que le traitement n'est pas que médical. La prise de médicament doit s'accompagner d'une prise de conscience pour prévenir des maladies comme le diabète’ , dit-il. Après ces observations, le Pr Pierre Ndiaye a mis en exergue les insuffisances inhérentes à tout travail de cette nature, avant de suggérer à Eliane Bassolé de l'enrichir pour éventuellement le publier un jour. Le jury qui s'était retiré un instant pour délibérer, a jugé Eliane Bassolé de l'Ecole de médecine Saint Christopher /Iba Mar Diop digne du grade de docteur d'Etat en médecine avec la mention ‘très honorable’. Cette dernière a été invitée aussitôt à lever la main droite et à prêter serment, celui d’Hippocrate. Un sympathique cocktail a mis fin à la soutenance.

Mamadou SARR

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !