Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Mortalité infantile : 4 millions d’enfants décèdent en Afrique subsaharienne - 20/06/2009 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les chiffres parlent d’eux-mêmes sur la situation des enfants en Afrique subsaharienne. Selon un document qui nous parvenu, l’Onu renseigne que la partie méridionale du continent africain bat le record en ce qui concerne le taux de mortalité infantile. Le nombre d’enfants mourant avant l’âge de cinq ans annuellement s’élève à plus de 4 millions en Afrique subsaharienne. La moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans dans le monde ont lieu dans cette partie d’Afrique, apprend un document d’information réalisé par l’Unicef et Save the Children sous l’égide de l’Onu. Selon le document, cette situation s’explique par des fléaux évitables. En outre, les causes premières de décès sont liés à la pneumonie (940.000 décès annuellement), la diarrhée (720.000), le paludisme (800.000), le Vih Sida (300.000), les causes néonatales (1,2 million).

Par ailleurs, les principaux facteurs secondaires qui affectent les chances de survie des enfants sont la capacité, la qualité et l’accessibilité des systèmes de santé, la sous-nutrition, l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’alphabétisation des femmes », rapporte le document.

C’est dans ce sens que l’Onu lance un appel à l’action afin que l’Afrique devienne une Afrique digne des enfants, réalise le quatrième objectif des Omd et sauve la vie d’au moins deux millions et demi d’enfants par an d’ici à 2015. Elle demande à tous les gouvernements africains, à la société civile, aux donateurs internationaux et au secteur privé de combler les lacunes et de participer à la réduction des décès des nouveau-nés, des enfants et des mères en Afrique.

Pour y parvenir, l’Onu recommande aux Etats d’améliorer la couverture des interventions préventives et curatives à fort impact, d’assurer la couverture universelle et l’accès à un forfait de soins maternels, néonatals et infantiles, à lutter contre la malnutrition, à soutenir les initiatives qui permettent aux adolescentes d’accéder à l’école et d’y rester, à promouvoir les comportements pro-santé afin de réduire les mariages et la procréation précoces et toutes autres pratiques nocives, sachant que les jeunes mères et leurs nouveau-nés sont confrontés à des risques de mortalité nettement plus élevés...

Maké DANGNOKHO

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !