Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Médecine bucco-dentaire : 500 chirurgiens pour 12 millions de Sénégalais - 07/10/2009 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Cinq cents chirurgiens dentistes. C’est ce compte le Sénégal, un pays de 12 millions d’habitants. Notre pays est ainsi loin des normes internationales. Pourtant, une cinquante de chirurgiens dentistes est en chômage, faute de moyens. Au Sénégal, une cinquantaine de chirurgiens dentistes sont au chômage parce que ne disposant pas de moyens financiers pour ouvrir des cabinets privés. Cela s’explique par le fait que l’Etat n’a pas recruté de médecins dentistes depuis 2006, alors qu’il avait l’habitude de recruter chaque année entre 5 à 6 chirurgiens dentistes sur les 15 qui sortent tous les ans de la faculté Médecine de l’Ucad, a indiqué le Dr Malick Faye de l’hôpital des enfants Albert Royer.

C’était lors du point de presse organisé la semaine dernière par les spécialistes de la médecine bucco-dentaire pour annoncer la tenue à Dakar du 13 au 14 octobre 2009 du 55ème congrès international de la Société francophone de médecine et de chirurgie buccale.

Les spécialistes de la santé bucco-dentaire ont révélé au cours de la rencontre que le Sénégal ne compte que 500 chirurgiens dentistes pour une population estimée à 12 millions d’habitants.

« 80% de ces chirurgiens dentistes sont à Dakar et 20% dans les régions. Nous sommes encore loin des normes internationales », a fait savoir le Dr Malick Faye.

Les conférenciers ont aussi évoqué le coût de la formation des chirurgiens dentistes qui, selon le Pr Boubacar Diallo, chef du département d’Odontos-tomatologie de la faculté de Médecine de l’Ucad coûte excessivement cher. Le gouvernement dépense chaque année 100 millions de francs Cfa pour la formation des étudiants.

Les maladies bucco-dentaires constituent après le paludisme, le Vih/Sida et les maladies cardiovasculaires le quatrième fléau mondial, a révélé le Dr Soukèye Dia Tine de l’Hôpital général de Grand-Yoff. « Cette maladie pose un véritable problème de santé publique du fait de sa prévalence élevée, de sa gravité et de son impact financier », a déclaré la spécialiste qui a indiqué que le 55ème congrès sera l’occasion d’aborder tous les problèmes de la médecine buccale. D’où le choix des deux principaux thèmes : « La prise en charge odontologie des patients à risque ou à besoin spécifique » et « Implantologie dentaire ».

Ce congrès, qui réunira 200 participants européens et africains, sera un véritable cadre d’échange scientifique entre les praticiens odontostomatologistes.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !