Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Plan stratégique de santé de la reproduction : la finalisation au menu d’une rencontre à Saly - 23/10/2009 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Des experts, acteurs et autres partenaires du secteur de la Santé sont en conclave à Saly. Leur rencontre devrait aboutir à la confection du Plan stratégique de la santé pour la période 2010-2014. Le Directeur de cabinet du ministre de la Santé, Dr Farba Lamine Sall a présidé, mardi à Saly, un atelier qui porte sur l’élaboration et la finalisation d’un Plan stratégique de santé de la reproduction 2010/2014.

En se conformant aux recommandations de la communauté internationale qui sont de réduire de 3/4 la mortalité maternelle et 2/3 la mortalité infantile d’ici à 2015, le gouvernement, à travers le ministère de la Santé, s’est doté de plusieurs instruments de référence dont le Plan national de développement sanitaire, la Feuille de route multisectorielle pour accélérer la réduction de la mortalité et de la morbidité maternelle et néonatale, le Plan stratégique de suivi de l’enfant, la Stratégie nationale de la santé des adolescents, la Stratégie nationale de lutte contre les fistules obstétricales, le Plan stratégique de sécurisation des produits et, enfin, l’initiative «Badienu Gokh», basée sur une approche communautaire aux fins de maximiser l’utilisation des services de santé de la reproduction.

Malgré tous ces efforts consentis, les progrès sur la santé de la reproduction sont très lents. D’où la nécessité de mettre en place un Plan stratégique de santé de la reproduction qui couvre la période 2010-2014.
Ce plan stratégique, selon Dr Farba Lamine Sall, demeure, à terme, un véritable outil de mise en œuvre de la Feuille de route multisectorielle, voire du Plan national de développement sanitaire. Il constitue aussi une réponse à la concrétisation à l’échelon national de la Stratégie régionale de l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

«Dans l’optique de finalisation du document-cadre de référence, nous avons toujours fait confiance à la richesse de l’expertise nationale et de celle de nos partenaires techniques et financiers. Cette symbiose de compétences peut constituer le gage du succès des travaux de cet atelier», indique le Directeur de cabinet du ministre de la Santé. «L’appréciation à mi-parcours des différents documents-cadres, à travers des opérations d’évaluation, de suivi et de supervision suggère aujourd’hui la nécessité de disposer d’un nouvel instrument fédérateur de toutes les initiatives en matière de santé de la reproduction. La philosophie de base qui fonde l’élaboration du Plan stratégique réside dans l’actualisation des approches méthodologiques et des orientations stratégiques, afin de détenir un document plus flexible, mieux centré sur nos cibles prioritaires dont l’opérationnalisation sera mieux accessible à l’échelon périphérique», explique Dr Sall.

Dr Bocar Mamadou Daff, chef de la Division de la santé de la reproduction, estime que les aspects multisectoriels sont nécessaires pour améliorer la mortalité maternelle. «Si on veut lutter efficacement, il faut penser à la communication, aux routes, aux services techniques, à la couverture géographique, à l’accessibilité financière, entre autres éléments qui sont en ligne de compte», lance Dr Daff.

Selon ce dernier, le taux de mortalité maternelle est aujourd’hui estimé à 401 pour mille naissances vivantes, à partir de l’Eds 1 qui date de 2005. «Probablement, si aujourd’hui on faisait le bilan, on verra qu’il y a eu des améliorations», espère-t-il.
Pour ce qui est du taux de la mortalité néonatale, il est estimé à 35 pour 1 000. «Mais, en fait, il ne s’agit pas de dire que ça ne baisse pas ; en réalité cela baisse mais c’est le rythme auquel les indicateurs sont en train d’être améliorés que nous estimons insuffisants et nous avons voulu mettre en place d’autres stratégies, comme l’initiative ‘’Badianu Gokh’’, qui est une forte initiative qui, une fois prise en compte dans ce plan stratégique, devrait aider les femmes à aller très rapidement dans les structures sanitaires et réduire un certain nombre de retards», précise Dr Bocar Mamadou Daff.

Par Assane DEME

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !