Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Pour éviter la dengue : les conseils du ministère de la Santé - 10/11/2009 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Que les lecteurs retiennent ce nom : la dengue. C’est une maladie infectieuse causée par un virus transmis par un moustique hématophage appelé Aèdes. Si l’on se réfère au communiqué parvenu hier au journal Le Quotidien provenant du ministère de la Santé et de la Prévention, cette maladie se manifeste par les mêmes signes que «la grippe simple» ou le paludisme avec une composante douloureuse plus vive (maux de tête, douleur des articulations et des orbites). En effet, selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), en moyenne 50 millions de cas de Dengue sont répertoriés par an à travers le monde.

Toujours selon les autorités sanitaires, «cette forme de grippe est endémique dans certains pays de la région africaine, des Amériques, de l’Asie et de la Méditerranée». «Au point de vue pathogénie, le vecteur, un moustique (l’Aèdes Aegypti), a une activité hématophage, c’est-à-dire se nourrit du sang.» D’ailleurs, l’on apprend que la femelle pique de jour comme de nuit.
De sources officielles, la période d’incubation -moment séparant la piqûre d’insecte aux premiers signes de la maladie peut aller de 3 à 14 jours- en moyenne 7 jours.
Par conséquent, pour lutter contre cette grippe, le ministère de la Santé et de la Prévention préconise les mesures suivantes, entre autres. D’abord, «lutter contre les gîtes larvaires pour freiner la prolifération des moustiques au niveau domestique (individuel et collectif)». Ensuite, «lutter contre les moustiques par une campagne de saupoudrage général qui a déjà commencé».
Et notre source de poursuivre : «Devant toute fièvre persistante, il est recommandé de prendre l’avis d’agent de santé dans les meilleurs délais.»

Par Astou Winnie BEYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !