Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Conférence internationale sur le Rotavirus : la vaccination générale, seule voie de protection des enfants - 05/12/2009 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dénommé virus démocratique, le Rotavirus est une infection qui affecte virtuellement tous les enfants du monde avant leur cinquième anniversaire suite à des diarrhées sévères et des vomissements. Au Sénégal et ailleurs en Afrique, la maladie constitue un lourd fardeau avec l’hospitalisation de 20 % des enfants sévèrement atteints. Malgré cela la maladie n’est pas intégrée dans les programmes nationaux élargis de vaccination (Pev). Objet d’une conférence internationale tenue avant-hier à Dakar, l’état des lieux du mal a donné lieu à un constat : la situation est grave. C’est également le sentiment du Professeur Ousmane Ndiaye qui a animé un point de presse en marge de la rencontre.

Une conférence sur la vaccination des enfants de moins de 6 mois en Afrique francophone s’est tenue avant-hier à Dakar. Réunissant médecins généralistes, pédiatres et directeurs de Pev de 14 pays africains, la rencontre de Dakar a été une tribune continentale pour émettre un large plaidoyer en direction des gouvernements africains sur l’urgence d’intégrer le Rotavirus dans les programmes nationaux élargis de vaccination.

Une suggestion certes pertinente faite en l’absence des autorités sanitaires. Excepté le directeur de la prévention médicale qui a lui aussi quitté très tôt la salle. A quoi serait dû ce boycott des officiels du secteur ? Peu importe diront certains, l’essentiel c’est que le message a été direct et sans ambages. Et le Pr Ousmane Ndiaye a jeté le pavé dans la mare des politiques de santé en Afrique en dénonçant la négligence des décideurs africains qui tardent à intégrer la vaccination contre cette maladie dans les Programmes élargis de vaccination.

Protéger les enfants de moins de cinq mois contre ce tueur silencieux, ce pédiatre chargé de la morbidité des gastro-entérites liée au rotavirus, estime que la meilleure des préventions c’est la vaccination dont l’efficacité a été prouvée. Selon lui, la vaccination de tous les enfants est une donnée à intégrer dans les Pev. Sinon, avertit-il : « Ce sera difficile pour nos pays d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (Omd), dont la réduction de la mortalité infantile figure parmi les priorités fixées pour 2015. » Le Pédiatre a ensuite interpellé les gouvernants des pays d’Afrique de l’Ouest pour leur demander de prendre en compte cet acte de prévention et aux partenaires de développement à subventionner le vaccin. En effet, bien que disponible dans les officines en deux doses, son coût actuel est de 50.000 Cfa. C’est dire que le vaccin n’est pas encore à la portée de la bourse des populations.

2 millions d’hospitalisations

Le Professeur Mamadou Bâ, pédiatre pneumologue de l’hôpital Albert Royer de Dakar, lui également n’a pas de porté de gants pour dénoncer l’absence de volonté d’enrayer la maladie. Dans son réquisitoire, il dira haut et fort que l’Afrique est le continent le plus touché et ses enfants qui en sont les victimes ont le droit fondamental à la santé et au bien être. Il est temps, dit-il, que les gouvernants africains protègent les enfants contre toutes ces agressions qui menacent leur survie et notamment contre le rotavirus qui est devenu un véritable problème de santé publique à cause du lourd tribut qu’en paient leurs enfants.

Il faut rappeler que les symptômes du Rota virus peuvent perdurer cinq à huit jours, provoquant jusqu’à 20 épisodes de diarrhées et/ou de vomissements par jour. Diarrhées liquides, vomissements, fièvres, douleur et déshydratation sont parmi ses symptômes les plus courants.

Elle est à l’origine de la déshydratation sévère. On observe une perte sensible de poids et parfois même c’est le décès. Chaque année, le rota virus est à l’origine de 2 millions d’hospitalisations au niveau mondial et constitue la durée d’hospitalisation la plus longue enregistrée chez les enfants de moins de 4 mois. En Afrique, plus de 80% des enfants de moins de 12 mois sont concernés et les enfants de moins de 6 ans représentent les 38 % de l’ensemble des personnes hospitalisées.

par Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !