Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Département de Podor : la bilharziose gagne du terrain - 11/12/2009 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Suite à un hivernage pluvieux et grâce à l’existence de nombreux cours d’eau et canaux d’irrigation, la bilharziose est en train de gagner du terrain dans le département de Podor. Ce qui inquiète les autorités sanitaires. A Podor, le schistome (microbe-agent responsable de la bilharziose) a trouvé un terrain fertile pour son développement, du fait de la multiplicité des cours d’eau et canaux d’irrigation.

Le médecin-commandant et chef du district sanitaire départemental, Maodo Malick Diop, confie qu’il existe 4 espèces de bilharziose dont la mansoni (ou bilharziose urinaire) qui est transmise par un mollusque (qui serait vecteur intermédiaire) à l’homme.

La maladie, qui se manifeste par du sang dans les urines, se trouverait dans tout le Walo et chez beaucoup de sujets jeunes. Elle est, selon les sources médicales, la principale cause de consultation dans les centres médicaux. « Par endroits, son taux de prévalence se situerait entre 98% et 100% », note le médecin Diop. Particulièrement en zone rurale où plusieurs enfants sont la principale main-d’œuvre dans l’agriculture, passant ainsi la journée sur les rives des marigots et près des canaux d’irrigation des périmètres irrigués.

Selon le commandant Diop, une action est déjà en cours avec le Programme de gestion intégrée des ressources (Pgire) concocté par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs). Il est destiné à la prise en charge des enfants âgés de 7 à 15 ans. Cette opération a déjà à son actif plusieurs séances de distribution de Prazanquantel, un médicament pour lutter contre la maladie. Plusieurs villages ont ainsi bénéficié de dons.

« Le Pgire a, par la même occasion, octroyé des moustiquaires imprégnées dans le cadre de la lutte contre le paludisme, a dit le docteur, qui précise que les « talibés » sont inclus dans la prise en charge.

Amadou D. NIANG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !