retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Odonto-Stomatologie tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Cameroun« Seuls deux cas ont été confirmés »

Cameroon tribune | Cameroun | 02/03/2020 | Lire l'article original

Des informations font état de ce qu'il y a une épidémie de choléra à Tiko, entrée principale de la région du Sud-Ouest. Qu'en est-t-il exactement ? Le 14 février dernier, nous avons reçu des patients présentent effectivement les symptômes du choléra. Ces personnes revenaient de Manoka où elles sont allées rendre visite aux membres de leur famille. Par la suite, nous avons eu trois autres cas. Ceux-là rentraient de Cap Cameroun à Manoka, dans le la région voisine du Littoral.

Par la suite, 11 autres personnes sont venues du district de sante de Manoka. Les trois premiers cas sont arrivés le 14 février et d'autres, les 16 et 21 février. Ils présentaient aussi des symptômes suspects du choléra. Les patients reçus ont été internés à l'Hôpital de district de Tiko où on a immédiatement procédé au traitement. Du 14 février à ce jour, nous avons reçu 12 cas suspects. Le dernier patient est venu le 26 février. Mais jusque-là, c'est une suspicion. Tous ne sont pas confirmés comme étant des personnes atteintes du choléra. Seuls deux cas ont été confirmés et on enregistre un décès.

Une petite fille de quatre ans qui est décédée entre le 21 et le 22 février, le jour de son arrivée à l'hôpital. Nous avons immédiatement mis les populations en alerte. La confirmation pour les autres cas se fera à l'Hôpital Laquintinie de Douala, après des examens en laboratoire. Votre district de santé à lui seul peut-il maîtriser l'afflux de patients qui arrivent ? Oui c'est suffisant. Vu l'ampleur de la situation, nous avions immédiatement mis sur pied un centre de traitement du choléra avec l'appui de huit personnel qualifiés.

Nous avons reçu l'appui des Organisations non gouvernementales en médicaments et kits sanitaires. Nous avons également reçu des appuis du gouvernement à travers le ministère de la Sante publique, comprenant des solitaires, des antibiotiques et d'autres matériels sanitaires. C'est quand même suffisant pour le moment. L'épidémie est jusqu'ici maîtrisée. Rendu à ce 27 février, nous n'avons que trois patients suspectés du cholera qui sont internés ici même.

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !