retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

MadagascarDes cas graves de paludisme signalés à Ambalavao Tsienimparihy

Madagascar tribune | Madagascar | 20/05/2020 | Lire l'article original

En parallèle avec le Coronavirus, le paludisme fait des ravages dans plusieurs districts de Madagascar. Des cas graves de paludisme ont été signalés à Ambalavao Tsieniparihy depuis le mois d'avril et en ce mois de mai, selon une source auprès du ministère de la Santé publique.

« Le district d'Ambalavao Tsienimparihy est déjà classé parmi les foyers du paludisme, mais la maladie y fait encore des ravages ces derniers temps, car des cas graves s'y multiplient. Au mois d'avril, dix-sept (17) cas graves de paludisme ont été signalés à Ambalavao, ayant causé deux décès. De même, en ce mois de mai qui court toujours, le nombre des cas graves a atteint le pic de vingt-cinq (25), avec un décès enregistré. Toutes ces personnes gravement atteintes doivent être hospitalisées car le traitement au niveau des centres de santé de base n'est plus adéquat. La forme grave débute par une grande fatigue, et le malade ne cesse de vomir. Ainsi, tous les médicaments antipaludéens qu'il a avalés sont rendus dans la vomissure », selon notre source.

Cette source a expliqué que « durant l'hospitalisation, le malade ayant des formes graves du paludisme peut tomber dans le coma. La gravité de cette maladie est due aux vomissements ; or, les centres de santé de base qui traitent le malade n'ont pas la possibilité de donner la thérapie requise, ce qui entraîne inévitablement la mort ».

Traitement gratuit

« Le fait de ne pas se rendre à la consultation est aussi l'un des facteurs de la gravité du paludisme. Car si le paludéen n'a pas reçu le traitement adapté, sa maladie peut s'aggraver. Or, les agents communautaires au niveau des régions et des districts touchés par cette maladie infectieuse ne cessent de sensibiliser la population à aller consulter aux centres de santé », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, une autre source au sein de la direction de lutte contre le paludisme auprès du ministère de la Santé publique a indiqué que « tout traitement lié au paludisme est gratuit dans tous les centres de santé. Le médicament ACT qui soigne la maladie est gratuit. Si une personne présente des formes grave du paludisme, elle doit recevoir un traitement par des injections, qui est aussi gratuit dans tous les hôpitaux publics. Le programme de lutte contre le paludisme comprend la distribution à la fois de moustiquaires et de médicaments dans les centres de santé ».

Pour rappel, lors de la célébration de la journée mondiale du paludisme, le 25 avril, le ministère de la Santé publique a publié un lourd bilan de cette maladie, qui sévit encore dans le pays. Durant le premier trimestre de cette année, Madagascar a enregistré quatre cent quatre-vingt-sept (487) décès liés au paludisme, et quatre cent soixante-trois mille six cent quatre-vingt-neuf (463 689) malades recensés.

Fano Rasolo

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !