retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

SénégalRiposte - Quand Dakar échappe au contrôle des acteurs !

Sud Quotidien | Sénégal | 23/06/2020 | Lire l'article original

La capitale dakaroise, à elle seule, totalise plus de 5000 cas confirmés de coronavirus au moment où la maladie semble disparaitre dans certaines régions qui restent toutefois en alerte. Face à cette situation, la décision du chef de l'Etat de «déconfiner» la population est remise en cause par plusieurs spécialistes de la santé publique qui pensent que la charrue a été mise avant le bœuf.

Le Chef de l'Etat a pris la décision d'alléger les premières mesures prises dans la lutte contre le coronavirus. Avec l'ouverture du transport interurbain, la libération des activités économiques et la réouverture des classes pour les élèves des classes d'examen ainsi que l'ouverture des lieux de cultes, certains spécialistes de la santé ont déclaré que ces décisions ne militent pas en faveur de réduire la contamination mais au contraire de l'amplifier au moment où les cas issus de la transmission communautaire sont à la hausse.

Pour le spécialiste de la santé publique, docteur Mohamed Ly, il y a une incohérence dans les décisions. «Il y a une précipitation dans les prises de décisions des acteurs de la réponse. Tantôt on confine pour circonscrire la maladie, tantôt, on libéralise». Et de poursuivre : «ces dernières décisions n'ont été que purement sociales et non médicales. Car, on ne peut pas prendre de telles décisions de libéraliser les activités au moment où les cas de coronavirus s'enchainent dans le pays». Si la seule décision qui a porté ses fruits dans la lutte contre le coronavirus reste la fermeture des frontières qui a engendré la disparition et la maitrise des cas importés, la situation actuelle semble échapper aux acteurs de la réponse avec 5000 cas enregistrés, rien que pour la capitale sénégalaise.

La circulation du virus comme le prônait le docteur Thior semble être la solution des acteurs de la réponse, cependant avec le nouveau coronavirus qui continue sa mutation, sa maitrise devient difficile pour les chercheurs. Pour le professeur Daouda Ndiaye, virologue, «nous avons un nouveau virus qui n'a pas fini de livrer ses secrets. Celui qui circule dans les pays européen n'est pas le même que le virus existant en Afrique.» Et docteur Khadia Diallo, infectiologue, de renchérir : « laisser le virus circuler devient dangereux pour notre pays car le coronavirus n'est pas une maladie immunisante».

A en croire par contre le docteur Seydou Nourou Mbaye, virologue officiant à l'hôpital Aristide le Dantec, la méthode de lutte contre la maladie a été faussée depuis le départ. Selon lui, pour gagner cette lutte, il faut changer de stratégie avec deux méthodologies en appui. «Il faut faire un confinement total de la population nuit et jour, de ce fait la transmission du virus sera contrée et va commencer à descendre ou encore laisser le virus circuler jusqu'à ce que 60% de la population soit infectée et là, on pourra parler de pic parce que la progression ne pourra pas continuer», a déclaré la blouse blanche.

Et de renchérir : «le Sénégal n'en a adopté ni l'un ni l'autre, ce qui rend difficile la maitrise de la maladie». Face à la hausse des cas de coronavirus avec près de 2000 malades en traitement, certains acteurs de la semble pensent qu'il serait difficile de revenir en arrière. Toutefois, de nouvelles mesures doivent être prises pour encadrer la circulation des personnes, la levée de l'interdiction du transport interurbain mais aussi le commerce.

Denise ZAROUR MEDANG

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !