retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

CamerounCouverture santé universelle : « les employeurs et les travailleurs n'ont pas été associés », regrette Issac Bissala

StopBlaBlaCam | Cameroun | 19/11/2021 | Lire l'article original

L'Union générale des travailleurs du Cameroun (UGTC) a, au cours d'une conférence de presse tenue le 18 novembre 2021, exprimé son inquiétude sur la forte probabilité que l'avènement de la Couverture santé universelle (CSU) vienne mettre un terme à l'assurance-maladie. « L'assurance-maladie rentre dans le cadre des normes internationales de travail de l'OIT qui concerne les travailleurs. Par contre, la Couverture santé universelle concerne toute la population d'un pays », explique Isaac Bissala, le président de cette confédération syndicale, pour justifier son appréhension.

« Nous avons des informations que des textes ont été déposés à l'Assemblée nationale pour l'adoption de la Couverture santé universelle. Ces projets de textes ne nous engagent pas. Les employeurs et les travailleurs n'ont pas été associés. Il est dit quelque part qu'il faut les avis des employeurs et des travailleurs parce que le Cameroun a ratifié la Convention 144 sur les consultations tripartites », fulmine-t-il.

« Le Gicam a demandé le contrat que le Cameroun a signé avec la société privée sud-coréenne qui va assurer la CSU sur toute l'étendue du territoire national pour avoir une idée sur le contenu. Ni aux travailleurs ni aux employeurs le ministère de la Santé n'a rien donné », s'insurge un autre syndicaliste. 

C'est que, fait observer l'UGTC, d'après le Code du travail, l'assurance sanitaire d'un travailleur incombe à son employeur. Ce dernier doit prendre en charge le travailleur et sa famille, sans que celui-ci ne débourse un seul centime. Mais à en croire cette confédération syndicale, une enquête menée par ses soins a révélé que certaines entreprises assurent la prise en charge des travailleurs à 100%, d'autres à 80% et le travailleur cotise 20%. Or, en principe le travailleur ne doit pas cotiser.

« Lorsqu'on met en place la Couverture santé universelle que deviendront les avantages du travailleur ? Nous sommes pour l'assurance-maladie parce qu'il ne faut pas que nous nous retrouvions avec une charge salariale des travailleurs. Dans la couverture santé universelle, on propose que les travailleurs cotisent de 2% à 5%, ce qui sera un impôt supplémentaire pour le travailleur », redoute Isaac Bissala.

« Et si on arrivait à mettre sur pied la couverture santé universelle sans notre avis, nous n'accepterons pas. Et nous mènerons des actions syndicales pour dire non », menace Célestin Bama, autre membre de l'UGTC.

D.M.

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !