retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-BrazzavilleSous-alimentation - Près de 51,7% de Congolais exposés à la malnutrition

Les dépêches de Brazzaville | Congo-Brazzaville | 25/11/2021 | Lire l'article original

L'Alliance parlementaire congolaise pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (Apcsan) a ouvert, le 23 novembre, à Brazzaville un atelier spécial de renforcement des capacités des parlementaires sur les investissements responsables dans l'agriculture et les systèmes alimentaires. Il ressort que près de 51,7% de Congolais sont exposés à une insécurité alimentaire grave.

L'atelier prévu sur deux jours a été ouvert par le président de l'Apcsan, Pierre Ngolo, en présence du président de l'Assemblée nationale, Isidore Mvouba, et des représentants des organisations partenaires. A cet effet, la représentante de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au Congo, Yannick Ariane Rasoarimanana, a fait savoir que la situation alimentaire et nutritionnelle du Congo s'est empirée ces derniers temps. «Au Congo, la situation alimentaire et nutritionnelle s'est dégradée de plus bel ces dernières années. Les dernières données 2021 sur l'insécurité alimentaire soulignent que près de 51,7% de Congolais sont exposés à une insécurité alimentaire grave, à cause du manque d'accès à une alimentation adéquate et équilibrée. La prévalence à la sous-alimentation est de 35,5% et la prévalence de retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans est estimée à 18%x», a indiqué Yannick Ariane Rasoarimanana.

Pour combler le déficit, le ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche, Paul Valentin Ngobo, a dévoilé la stratégie mise en place par le gouvernement. Il a indiqué que la production agricole au Congo est croissante mais, à cause de l'augmentation de la population, elle n'arrive pas à satisfaire la demande. Pour y parvenir, a-t-il renchéri, le chef de l'Etat a promis de développer le secteur, au sens large du terme, afin de résoudre les problèmes liés à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle, à l'emploi des jeunes ainsi qu'à l'exode rural. « Le ministère de l'Agriculture s'est fixé pour objectif d'améliorer la balance commerciale agricole en vue de contribuer au développement inclusif et durable. Il vise aussi à satisfaire la demande nationale en produits vivriers, halieutiques et autres produits de grande consommation ; à contribuer à la production à grande échelle des aliments de bétail, principal frein pour le développement de l'élevage au Congo. De même, il doit créer les conditions nécessaires pour la pratique d'une agriculture moderne, en mettant en place des zones agricoles protégées », a précisé Paul Valentin Ngobo.

Pour sa part, le président de l'Apcsan s'est appuyé sur les engagements et la volonté du chef de l'Etat à faire du secteur agricole un levier au sein de l'économie nationale. « J'ai évoqué l'agriculture au sens large. Nous avons trop attendu…Cette ambition d'indépendance alimentaire sera créatrice d'emplois pour les jeunes qui participent activement, non pas à l'agriculture de nos ancêtres, mais à une agriculture modernisée et mécanisée. Lutons tous contre l'exode rural, l'insécurité alimentaire et le déficit du commerce extérieur », a affirmé Pierre Ngolo, paraphrasant le chef de l'Etat, dans son discours d'investiture prononcé le 16 avril 2021. Au cours de cet atelier qui prend fin ce 24 novembre, les députés et sénateurs seront édifiés, entre autres, sur l'importance d'une approche multidimensionnelle de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ; l'institutionnalisation du droit alimentaire pour tous ; l'engagement politique pour assurer la sécurité alimentaire de la population.

Firmin Oyé

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !