retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :


encart_diam


Fil d'infos APO Group


vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

GabonCovid-19 : Omicron semble se replier

Gabon Review | Gabon | 18/01/2022 | Lire l'article original

La vague Omicron montre des signes de repli en Afrique y compris au Gabon où la présence du variant a officiellement été annoncée le 5 janvier. A l'origine d'une explosion de contaminations avec des taux de positivité de plus de 30% ce mois de janvier, il a cependant causé moins de décès à en croire les chiffres du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l'épidémie à Coronavirus (Copil Coronavirus).

Le variant Omicron découvert en Afrique du Sud, a migré sur le sol gabonais. Le Conseil des ministres du 3 janvier qui confirmait sa présence dans le pays insistait tout aussi sur l'urgence de maintenir les mesures anti-covid, de renforcer et de promouvoir la vaccination pour un retour à la vie normale et la relance de l'économie. A l'origine d'une explosion de contaminations dans la province de l'Estuaire et dans le Grand-Libreville en particulier, les premières données suggèrent une baisse de contaminations.

«Au niveau de Franceville au Cirmf, nous avons la responsabilité de la surveillance génomique», a indiqué le directeur du Cirmf sur les antennes de Radio Gabon. «Quand a émergé ce variant, nous nous sommes mis à travailler pour mettre au point les techniques qui nous permettent d'identifier ce variant Omicron et les données qu'on a pour le mois de décembre, sur 90 contaminations enregistrées, le variant Omicron représente plus de 80% cas», a fait savoir Jean Bernard Lekana-Douki. Omicron a-t-il indiqué, c'est la 15e lettre de l'alphabet grecque et le 15e variant d'intérêt mis en évidence. Sur sa composition, ce variant a 3 parties où il est coupé et qui n'existent pas «sur le coronavirus initial».

Tendance baissière

Il présente en plus un grand nombre de mutations qui ont une incidence sur ses propriétés. «Quand on a des mutations, la conséquence c'est ou on devient plus fort, ou on devient plus faible», a-t-il commenté. «Ce variant est en termes de transmission beaucoup plus fort. Les données qui circulent actuellement dans le monde, montrent que même si le nombre de cas est explosif, ce variant cause beaucoup moins de décès», a-t-il ajouté. Depuis la confirmation de la présence de ce virus au Gabon, seulement 9 décès dus au Covid-19 ont été déclarés. Durant tout le mois de décembre, le pays n'a enregistré que ce sont 11 décès.

Si au début du mois de janvier le taux de positivité au Covid a atteint jusqu'à 31,5%, selon la situation épidémiologique dressée par le Copil-Coronavirus du 14 au 16 janvier 2022, ce taux est descendu à 6,7%. Sur 3 765 tests réalisés dans les 9 provinces du pays, 253 ont été déclarés positifs dont 126 à Libreville, 111 à Port-Gentil, 8 à Bitam, 3 à Lastourville, 2 à Mouila, 1 à Lambaréné. Aucun nouveau cas déclaré positif dans le Haut-Ogooué et dans la Nyanga.

Le nombre de cas actifs a lui aussi baissé en partant de 5 323 le 13 janvier, à 5 217 le 16 janvier. Si d'aucuns se demandent déjà si la 4e vague tire à sa fin, difficile de répondre par l'affirmative au regard de ces cas actifs et de la contagiosité de ce variant. Faire barrage à la circulation du virus semble irréaliste. En Europe, on parle d'ailleurs de la 5e vague.

Alix-Ida Mussavu

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !