retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Côte d'IvoireCovid-19 / Grand Abidjan : La fièvre des masques monte, monte, monte !

Fraternité matin | Côte d'Ivoire | 15/04/2020 | Lire l'article original

Les choses sont désormais claires. Le port du masque est désormais obligatoire. Ainsi en a décidé le Conseil national de sécurité, à l’issue de sa réunion du 9 avril avec les autorités. C’est donc la course aux précieux objets pour se prémunir du Covid-19 dans un contexte mondial de pénurie en la matière. D’où l’appel du gouvernement aux producteurs locaux. Le secteur artisanal n’a pas attendu cet appel pour investir le marché. Depuis une dizaine de jours, il y a des masques de toute sorte et de toutes les couleurs vendus dans la rue. Matières synthétiques (le PP utilisé dans la confection d’emballages pour les supermarchés), pagnes, tissus, papiers... tout y passe.

Quand on aborde les vendeurs de rue, tous répondent quasi invariablement qu’ils s’approvisionnent à partir d’Adjamé, sans autre précision.

Les jeunes Soumahoro Lassina et Fofana Aminata dite Amy vendent au carrefour Score, devant la pharmacie Wakouboué, un endroit bien connu à Yopougon. « Je m’approvisionne à Adjamé. J’aurais bien voulu le faire à Yopougon, mais il n’y a rien ici. Les tailleurs qui confectionnent les cache-nez sont tous à Adjamé. C’est pour cela que nous sommes obligés de nous rendre là-bas », indique le premier. Des propos que s’empresse de confirmer Amy, avant même qu’on se tourne vers elle.

Les deux jeunes gens disent observer que les masques en tissu réutilisables sont les plus demandés comparativement à ceux qui sont en matière synthétique et jetables. Les prix sont, en moyenne, 250 francs l’unité pour les jetables et 500 francs pour les masques en tissu.

Adjamé l’épicentre...Adjamé est effectivement le centre de production le plus important des masques artisanaux. Dallas, Badjam, Quartier rouge et Bromakoté sont les hauts lieux des fabricants. Sur les machines à coudre, les masques ont pris la place des maillots, caleçons, casquettes, tee-shirts, sacs et autres gadgets en tissus et matière synthétique. Si certains fabricants artisanaux se contentent des petits revendeurs de rue, d’autres plus organisés préfèrent aller vers les institutions (ministères, entreprises, mairies, universités, etc.).

C’est le cas d’Abdoulaye Diarra. Spécialisé dans la production de gadgets divers, il s’est jeté dans la confection de masques depuis quelques jours. Son atelier situé à Adjamé, non loin du Forum des marchés, fabrique ses échantillons soigneusement imprimés au laser. Muni des exemplaires de masques, il parcourt les entreprises et autres organisations, à la recherche de marchés. Abdoulaye Diarra confirme le leadership de la commune d’Adjamé avec une image bien à propos: « Si Abidjan est l’épicentre du Covid-19 en Côte d’Ivoire, Adjamé est l’épicentre des masques contre le Covid-19 ». Celui-ci est plutôt optimiste pour la suite... au niveau des affaires. Il voit des perspectives très intéressantes grâce à la décision gouvernementale de rendre obligatoire le port des masques.

Les industriels se signalent

Quand le Conseil national de Sécurité parle de producteurs locaux, il compte certainement sur la production industrielle pour faire face plus rapidement aux besoins.

A ce niveau, il semble qu’il n’y a pas encore grand-chose. Quelques unités industrielles qui opéraient dans d’autres domaines, s’organisent pour fabriquer des masques.

A la nouvelle zone industrielle (Pk 24), les dirigeants de l’une d’elles disent être prêts pour répondre à l’appel du gouvernement. Il s’agit de la société Afri-Mousse. Spécialisée dans la production de matelas, elle a ouvert, depuis une quinzaine de jours, une ligne de confection de masques en tissus coton.

Le gérant, Abdul Khalek Reda, explique qu’il s’est agi, compte tenu de l’arrêt de la production de literies dû au Covid-19, de réorienter l’activité de l’entreprise. Cela a permis, non seulement de maintenir des emplois – une centaine d’employés qui avaient été mis au chômage ont été rappelés – mais aussi de répondre au besoin du marché face à la pandémie.

« Pour commencer à produire les masques, nous avons fait revenir des employés. Ils sont à la tâche. Nous avons une capacité de production de 5 mille unités par jour. Nous pouvons la pousser jusqu’à 10 mille unités par jour selon le niveau des commandes », dit-il.

L’homme d’affaires fonde ses propos sur le fait que la matière première est déjà disponible et que le matériel technique est déjà déployé.

Sur la qualité du produit, il s’agit de masques en tissu à double-couches lavables et donc réutilisables. Les responsables de l’entreprise en vantent la durabilité. « C’est du tissu. Ça ne peut que tenir longtemps.

C’est indiqué pour le grand nombre », expliquent-ils.

Apparemment les dirigeants de cette société où tout autre fabricant, ont eu le nez creux en choisissant de produire des masques en tissus réutilisables.

Dans la mesure où, confrontés à l’obligation de porter des masques, la population voudra bien disposer de ce qui lui revient moins cher.

A ce propos, Mahama Liêguy Diabagaté, chauffeur de taxi communal à Yopougon, estime qu’en ce qui le concerne, c’est une question de bon sens. « Je vois défiler des dizaines de personnes par jour dans mon taxi. Je ne peux pas utiliser des masques qui ne durent que quelques heures. D’où mon choix pour les masques en tissu. », explique-t-il.

Les petits vendeurs de rue disent observer que, de plus en plus, les clients préfèrent acheter les masques en tissu parce qu’ils peuvent les réutiliser. « C’est une question de bon sens », comme le chauffeur de taxi l’explique plus haut.

Nul doute que pour satisfaire de manière efficiente la population à qui le gouvernement compte fournir gratuitement les masques, l’accent sera mis sur ceux qui sont réutilisables. Sinon on ne voit vraiment pas comment les millions d’habitants du Grand Abidjan pourront disposer chacun de deux à trois masques par jour.

Il est aussi clair que compte tenu de la forte pression sur l’offre à l’international, la Côte d’Ivoire ne peut que compter sur la production locale. Ce qui est forcément une très bonne chose sur le plan économique dans la mesure où cela va aider des entreprises et sauver des emplois.

Il reste maintenant aux autorités de veiller au respect des normes de qualité qu’il faudra indiquer aux fabricants. Et cela devra se faire très vite car le temps presse. Puisque la maladie est au galop. Il faut très rapidement des masques fabriqués dans de bonnes conditions et dont l’utilisation est aisée.

Des visites du ministère en charge de la Santé ou de Codinorme aux différents fabricants seraient les bienvenues dans un bref délai. Certains sont prêts et attendent.

A.HALA

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !