retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

CamerounInterview Dr Thierry Dong, Secrétaire exécutif de l'Association convergence-drépanocytose : « Électrophorèse, un moyen de préparation sûr »

Cameroon tribune | Cameroun | 16/10/2020 | Lire l'article original

D'après des données officielles, la drépanocytose est l'une des maladies génétiques qui affectent des milliers d'enfants au Cameroun. Est-ce un état des lieux réaliste ?

La drépanocytose n'est pas seulement une maladie génétique parmi tant d'autres. Elle est surtout la maladie génétique la plus répandue et la plus fréquente au Cameroun et au monde. Selon l'Organisation mondiale de la santé, pour notre pays, les taux de prévalence varient entre 20 et 30% tandis que près de 2% de la population est atteinte. Si nous regardons de près, chaque lignée familiale au Cameroun en est concernée. C'est-à-dire que nous avons chacun, autant que nous sommes, au moins un membre de notre grande famille qui est susceptible de la transmettre, parce que porteur du trait drépanocytaire S.

Peut-on guérir de cette maladie ?

On peut guérir de la drépanocytose. Mais pas en buvant des décoctions miracles comme le clament certains vendeurs d'illusions. En l'état actuel des connaissances, les scientifiques avancent deux types de traitement qui permettent, sous certaines réserves, de guérir définitivement de la drépanocytose. Premièrement, par une greffe de la moelle osseuse à partir d'un donneur sain et rigoureusement compatible. Deuxièmement, par la thérapie génique ou génothérapie qui consiste à faire pénétrer des gènes sains dans les cellules ou les tissus d'un individu malade pour le guérir de sa maladie. Mais, il faut savoir que ces deux moyens de traitement sont très onéreux. La greffe de la moelle osseuse coûte entre 18 à 30 millions de F et elle ne se pratique pas sur n'importe quel patient à cause de son rapport coût-succès très faible. Tandis que, la thérapie génique n'est qu'en cours d'expérimentation. En effet, peu de choses sont connues d'elle. A ce jour, un seul cas de guérison supposé stable a été signalé par une équipe médicale française dirigée par le Pr Marina Cavazzana de l'Institut des maladies génétiques Imagine, de l'Hôpital Necker de Paris.

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter cette maladie ?

Le dépistage et la prévention restent les moyens les plus sûrs pour l'éviter, la contrôler ou la contenir. C'est-à-dire qu'on peut la contrôler, je n'ai pas dit l'éradiquer, parce que c'est impossible. On peut donc la contrôler en conseillant aux gens de se faire dépister par électrophorèse avant le mariage ou la procréation. Lorsque cette première mesure barrière ne marche pas, parce que la responsabilité est une donnée relative, il faut dépister précocement et systématiquement les nouveau-nés des couples à risque, c'est-à-dire ceux qui naissent des couples dont les deux parents sont porteurs du trait drépanocytaires S. Lorsque la maladie est présente, il faut tout de suite mettre en place des mesures pour une prise en charge globale et adaptée qui intègre des aspects médicaux, sociaux, anthropologiques et psychologiques. Il est en effet scientifiquement prouvé que des mesures de diagnostic néonatal couplées à une prise en charge rapide, préventive et globale de la drépanocytose améliorent considérablement la longévité et la qualité de vie des personnes drépanocytaires.

Junior MATOCK

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !