retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

CamerounDr Shalom Tchokfe, secrétaire permanent adjoint du Programme élargi de vaccination (PEV) : « Il faut améliorer la couverture vaccinale de routine »

Cameroon tribune | Cameroun | 26/10/2020 | Lire l'article original

Quel état des lieux dressez-vous de la poliomyélite au Cameroun ?
Le Cameroun a obtenu sa certification de pays libre de poliovirus sauvage, c'est-à-dire que la poliomyélite de type sauvage ne circule plus dans notre pays. Mais la situation de l'immunité est illustrée par une faible couverture vaccinale. Ceci n'exclut pas le risque d'importation à partir des zones touchées, ni la circulation des autres types de poliovirus qui ne sont pas sauvages, mais qu'on doit considérer comme une urgence de santé publique. Actuellement, le poliovirus dérivé de type II circule dans les régions de l'Est, du Centre, du Littoral et du Sud. C'est en réponse à cette situation épidémiologique qu'une campagne de vaccination à deux passages, avec le vaccin polio oral, a été organisée dernièrement. A l'issue de cette campagne, la couverture était en dessous des objectifs souhaités. Ceci à cause de nombreux défis liés en partie à la pandémie du Covid-19. Deux autres passages, sont planifiés parce que des cas ont été confirmés récemment selon les mêmes stratégies, avec les mêmes vaccins.
Que retenir tout de même de cette récente campagne de vaccination ?
4,7 millions d'enfants de 0 à 5 ans répartis dans le Centre, l'Adamaoua, Est, Extrême-Nord, Littoral et le Nord étaient ciblés par cette immunisation de masse. D'après les résultats obtenus, nous n'avons pas atteint le chiffre de 90% espéré, mais de 88%, soit ces 4,7 millions d'enfants vaccinés au cours du deuxième passage. Ceci à cause des couvertures qui sont très faibles, surtout dans les régions du Littoral et du Centre. La stratégie qu'il faut adopter maintenant est celle d'augmenter la couverture vaccinale en routine avec les vaccins polio-oral et polio-injectable, également pour les enfants cibles de la vaccination de routine. Avec pour objectif d'augmenter l'immunité collective et d'empêcher toute circulation du virus. En réalité, le virus qui circule au Cameroun provient de la RCA, donc on n'est pas à l'abri d'une importation à partir d'un pays endémique même pour le poliovirus sauvage. Raison pour laquelle, il est essentiel de renforcer l'immunité collective.
Comment comptez-vous renforcer cette immunité collective ?
Il faut principalement augmenter la couverture vaccinale de routine. Actuellement, la couverture est de moins de 80% et il faut au moins atteindre 90%. Pour cela, on devrait avoir une communauté réactive qui demande le service de vaccination comme un droit pour la protéger. Il faut aussi être sensible au niveau de la surveillance des cas de paralysie, et à chaque fois qu'on en découvre un, il faut répondre immédiatement avec une campagne de vaccination, parce que lorsque la circulation dépasse un certain seuil, il devient difficile de la stopper et on risque d'anéantir toutes les années consenties dans l'éradication des campagnes et toutes les communications autour de la poliomyélite. On y est presque et il ne faut pas baisser les bras.

Assiatou NGAPOUT M.

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !