retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Odonto-Stomatologie tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - Plus d'informations


Suivez-nous :



Affiche prévention Covid-19 Bénin

Affiche prévention Covid-19 Bénin


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

SénégalConséquences de la covid-19 : Risques de rupture d'antirétroviraux dans 73 pays francophones

Le soleil | Sénégal | 10/11/2020 | Lire l'article original

La pandémie du coronavirus a perturbé la chaîne d'approvisionnement des antirétroviraux (Arv) dans la prise en charge du Vih/Sida. Plusieurs pays francophones risquent de connaître une rupture de stock. L'information a été donnée, lors de l'ouverture de la 10ème Conférence internationale francophone virtuelle sur « Vih, hépatites, santé sexuelle, Covid-19 ».

La 10ème Conférence internationale francophone virtuelle sur « Vih, hépatites, santé sexuelle, Covid-19 » a été lancée le 8 novembre 2020, dans la soirée. Les experts ont tiré la sonnette d'alarme sur les éventuelles conséquences de la rupture de stocks d'antirétroviraux (Arv) dans les pays francophones, dans la lutte contre le Vih. « 73 pays risquent de connaître des ruptures d'Arv à cause de la pandémie de la Covid-19.

Actuellement, 24 pays africains n'ont pas assez de stocks d'Arv », a averti Michelle Boccos, de l'Organisation mondiale de la santé. La conséquence de cette rupture d'Arv peut être, selon elle, liée à l'augmentation de nouvelles contaminations, mais aussi aux effets de la pandémie de la Covid-19 qui a perturbé plusieurs programmes de santé dans le monde. Pour éviter ces ruptures, elle a préconisé le maintien de la chaîne d'approvisionnement.

L'ambassadrice de Santé mondiale à Paris, Stéphanie Seydoux, a renseigné que l'année 2020 est celle du bilan de la riposte au Vih. Il s'agit, d'évaluer la stratégie des 90-90-90, mais aussi de mesurer l'impact de l'appel de Bordeaux sur les hépatites.

Les scientifiques ont énuméré quelques incidences que la pandémie du coronavirus pourrait avoir sur la prise en charge des Personnes vivant avec le Vih/Sida (PvVih), les sujets atteints d'hépatites… « L'impact du coronavirus sur la lutte contre le Vih/Sida, les comorbidités, la santé sexuelle, les hépatites ainsi que leurs liens avec les systèmes de santé efficients ont été au cœur des échanges », a indiqué le Professeur Ndèye Coumba Touré, présidente de la Conférence AfraVih 2020.

Au cours de cette rencontre virtuelle, le Pr. Touré a présenté la vision stratégique et opérationnelle de l'AfraVih 2020 orientée vers la mobilisation pour des politiques de santé plus justes et plus efficaces. « S'informer, échanger, débattre de nos politiques, programmes et pratiques, s'assurer de l'équité et du respect des droits humains accompagnent les progrès de nos actions. Les approches de santé globale aussi occuperont une place importante dans les échanges », a-t-elle expliqué.

Plus de 2.500 personnes sont inscrites à « Afravih connecté-e-s 2020 ». En présidant l'ouverture des travaux, le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Cheikh Oumar Anne, a estimé que cette conférence est une occasion, pour les chercheurs francophones, de montrer leurs capacités de résilience face aux questions de Vih/Sida, des hépatites, des maladies sexuellement transmissibles et de la Covid-19.
« Nous savons aussi que c'est en soutenant la recherche, l'innovation et le talent que nous finirons par vaincre ces virus », a soutenu M. Anne qui a appelé les scientifiques au partage d'expériences et à se mobiliser contre les pandémies de l'heure. Cette 10ème édition, qui devait se tenir à Dakar en avril dernier, a été reportée à cause de la pandémie de la Covid-19.

Eugène KALY

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !