retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Odonto-Stomatologie tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - Plus d'informations


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

GabonCovid-19 : Les malades mentaux oubliés par Guy Patrick Obiang ?

Gabon Review | Gabon | 08/10/2021 | Lire l'article original

Depuis l'avènement du Covid-19 au Gabon, une catégorie de personnes semble à l'écart de cette question de santé publique : les malades mentaux, trivialement appelés "fous", errant dans les rues des grandes agglomérations du pays. Va-t-on les vacciner à défaut de les confiner ?

Généralement exclus de la société du fait de leur état, les malades mentaux n'en demeurent pas moins des citoyens à part entière. Au même titre qu'une personne "normale", les "fous" peuvent donc être contaminés par le Covid-19 et, par ricochet, sont susceptibles de transmettre le virus. Alors, qu'a prévu le gouvernement pour protéger cette catégorie de personnes ayant, dans la majeure partie des cas, perdu toute notion de la réalité et du monde qui les entoure?

Cette question concerne surtout les malades mentaux abandonnés par leurs proches et errant dans les rues des grandes agglomérations du pays, sans respect des gestes barrières. Pour protéger les personnes "normales" des malades mentaux, une option serait de confiner ces derniers. Encore faudrait-il trouver un endroit avec toutes les commodités nécessaires pour les accueillir. Il y a bien sûr l'hôpital psychiatrique de Melen, mais les capacités d'accueil de cet établissement a été sérieusement éprouvés lors l'opération de "ramassage" des malades mentaux dans la capitale.

Pour protéger les "fous" déambulant dans les «rues du Covid-19», le ministère de la Santé pourrait également tous les vacciner, avec les risques que cela comporte. Dans ce cas, l'administration de Guy Patrick Obiang court le risque de provoquer une fronde populaire, car le vaccin n'est pas obligatoire. Que faire alors face à ce dilemme ? Doit-on simplement laisser les "fous" vivre leur vie, ou les contraindre eux-aussi à respecter les gestes barrières, fusse-t-il par la vaccination, pour leur bien et celui de tous ? A moins que les "malades mentaux" ne soient pas concernés par la riposte contre le terrible virus. 

Stevie Mounombou

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !