retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous :



vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-BrazzavilleCovid-19 - Le gouvernement va lancer l'opération « Coup de poing »

Les dépêches de Brazzaville | Congo-Brazzaville | 15/10/2021 | Lire l'article original

La mise en œuvre de l'opération « Coup de poing » permettra aux autorités d'accélérer le processus d'exécution de toutes les mesures barrières édictées dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus en République du Congo.

Les grandes lignes de l'opération « Coup de poing » ont été dévoilées le 13 août par le ministre en charge des relations avec le Parlement, Pierre Mabiala, lors de l'adoption du projet de loi autorisant la ratification de l'état d'urgence sanitaire pour la 28e fois par le Sénat et l'Assemblée nationale. « C'est un coup d'accélérateur que le gouvernement a voulu donner dans le cadre de l'exécution de toutes les mesures barrières que nous avions arrêtées. L'opération «Coup de poing» va tout mettre en œuvre pour passer à un autre niveau d'application de toutes ces mesures. Il s'agit à la fois des mesures nouvelles et anciennes que nous connaissons tous. Cette opération va avoir un caractère de célérité, d'urgence », a expliqué le ministre d'Etat, Pierre Mabiala, au nom du gouvernement.

En effet, les préoccupations des parlementaires ont porté, entre autres, sur l'accélération de la campagne de vaccination et sensibilisation sur toute l'étendue du territoire national ; le manque d'oxygène dans les structures sanitaires ; le nombre élevé des décès malgré la vaccination ; le non-respect des mesures barrières ; l'organisation d'une journée parlementaire ; la vente des attestations de vaccination ; la disponibilité des doses de vaccin dans le pays. Selon le ministre d'Etat, ministre des Affaires foncières et du Domaine, chargé des Relations avec le Parlement, toutes ces préoccupations seront prises en compte dans le cadre de l'opération « coup de poing » qui nécessite un financement conséquent.

« Toutes les préoccupations évoquées rentrent dans le cadre de cette opération, parce qu'il y a une recrudescence de la pandémie dans notre pays. En dix jours, nous avons connu vingt-trois décès dont vingt-un non vaccinés et deux vaccinés. Donc, la question de la vaccination demeure l'épicentre de la recherche des solutions. Tous les citoyens qui pensent qu'ils ne peuvent pas se vacciner parce que, semblet-il, la maladie n'existe pas, se trompent. Il nous faut accélérer le processus de vulgarisation, de sensibilisation. Parce qu'il s'agisse de la sensibilisation, de l'acheminement du matériel lié à la vaccination, c'est un défi que nous allons relever. Nous sommes tous en train de rechercher des solutions pour endiguer la propagation. Quand on est au cœur de la chose, on n'y va pas avec défi mais avec conviction collective », a conclu le ministre Pierre Mabiala, précisant que le gouvernement est monté d'un cran dans le cadre de sa responsabilité de protection générale des populations.

Présidant les travaux de la 15e session extraordinaire, le président de l'Assemblée nationale, Isidore Mvouba, a indiqué que son institution venait de jouer sa partition en autorisant pour la 28e fois la prorogation de l'état d'urgence sanitaire au Congo. Car, il s'agit, a-t-il dit, d'un instrument essentiel, sinon capital, dans la lutte contre la Covid-19.

« Il est vrai que pour l'heure, la gestion de la pandémie doit prendre de l'efficacité. Je me félicite de ce que quelques administrations publiques amorcent la procédure du contrôle irréversible des personnels et usagers vaccinés. Nous prendrons tout le temps pour éduquer, conseiller, afin que l'adhésion de tous garantisse le succès de cette décision dont l'utilité et l'importance ne sont plus à démontrer. Chers amis, avançons et poursuivons la sensibilisation à tous les niveaux », a-t-il souligné.

D'après lui, la réticence de certains Congolais à la vaccination n'aura pas raison des efforts collectifs déployés dans la lutte contre cette maladie. « Le taux de vaccination étant toujours insignifiant et la situation épidémiologique alarmante, ne dormons pas. Levons-nous et agissons. Le Congo se trouve à un tournant déterminant du redressement de son économie pour retrouver ses équilibres macroéconomiques. La remontée du nombre de cas de contamination à la Covid-19 fait craindre la survenue d'une troisième vague de la pandémie dans notre pays. Le peuple congolais se doit de tout faire pour que le pays ne subisse pas un autre confinement », a plaidé Isidore Mvouba.

Parfait Wilfried Douniama

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !