retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :


encart_diam


Fil d'infos APO Group


vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Burkina FasoPrévention du paludisme : Une étude sur le vaccin RTS,S démontre son efficacité

Le Faso | Burkina Faso | 25/11/2021 | Lire l'article original

Ouagadougou a abrité ce jeudi 25 novembre 2021, un atelier de restitution nationale de l'étude sur la vaccination saisonnière contre le paludisme avec la chimio prévention du paludisme saisonnier (CPS). Cette étude a été menée entre 2017 et (avril) 2020 à Houndé, au Burkina Faso, et à Bougouni, au Mali. L'ouverture de l'atelier a été présidée par le conseiller technique de la ministre déléguée chargée de la recherche scientifique et de l'innovation, représentant le ministre de l'enseignement supérieur.

Le paludisme dans les zones tropicales constitue un véritable problème de santé publique. Le Burkina et le Mali veulent participer au développement d'un vaccin initié depuis quelques années contre cette endémie. C'est dans ce contexte qu'une étude sur la vaccination saisonnière contre le paludisme, notamment le RTS,S, avec la chimio prévention du paludisme saisonnier (CPS) a été menée sur la période 2017-2020 par des chercheurs de la direction régionale de l'Ouest de l'Institut de recherche en sciences et santé (IRSS), de London School of Hygiene & Tropical Medicine et de Malaria research & training Center de l'Université des sciences techniques et technologiques de Bamako.

Les zones, de l'étude rendue possible grâce au financement de la Fondation Bill et Melinda Gates, étaient Houndé au Burkina et Bougouni au Mali. L'atelier de ce jeudi 25 novembre 2021 s'est tenu pour restituer les résultats de cette étude aux acteurs concernés par cette découverte au plan national. Des propos de Pr Jean Bosco Ouédraogo, il ressort que le vaccin RTS,S associé avec la CPS qui se déroule actuellement dans notre pays pourrait permettre de réduire d'environ 70% le nombre de cas de paludisme grave, selon la définition de l'OMS, ainsi que de 70% le nombre de décès dus à cette maladie.

Au regard de ce résultat éloquent, il est prévu une extension de l'étude dans l'optique de voir si après les rappels trois et quatre, il y aura une augmentation du niveau d'immunité. Cette extension permettra également d'apprécier la réponse vis-à-vis du paludisme. Les résultats de ces études seront probablement disponibles vers fin 2022.

L'une des perspectives, c'est également l'effet rebond du paludisme. Cette étude est actuellement en cours. « Quand on arrête la CPS sur les enfants qui ont 5 ans et la vaccination chez ces enfants, est-ce qu'on ne va pas les mettre plus à risque d'accès palu ? », se questionne Pr Jean Bosco Ouédraogo. L'équipe de la direction régionale de l'Ouest de l'IRSS entend aussi mettre en œuvre cette nouvelle intervention recommandée par L'OMS.

Le gouvernement, qui a déjà pris connaissance des résultats de cette étude lors du traditionnel conseil des ministres, verra avec l'OMS « de quelle manière mettre en œuvre cette stratégie si on arrivait à trouver la meilleure stratégie, parce que pour le moment, on ne sait pas s'il faut associer le vaccin avec le PEV ou s'il faut faire cette vaccination sous forme de campagne comme la recherche l'a faite dans le projet », a avoué Pr Jean Bosco Ouédraogo. Implémenter le concept dans les deux pays sous forme de projet pilote, telle est l'ambition des chercheurs de l'IRSS.

Dans son mot de bienvenu, le délégué général Maxime Drabo a rappelé que l'IRSS fait partie des quatre instituts qui composent le CNRST. Se saisissant de l'occasion, il a remercié les chercheurs présents dans la salle pour leur esprit de contribution lorsqu'un des instituts déroule ses activités.

De son côté, le représentant du ministre de l'enseignement supérieur a félicité l'équipe pour la qualité et la pertinence du travail accompli. Le présent atelier de restitution, faut-il le souligner, a suscité beaucoup d'intérêt et de débat. Ce qui témoigne de l'importance du sujet.

Aïssata Laure G. Sidibé

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !