retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :


encart_diam


Fil d'infos APO Group


vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Madagascar7,8 millions de victimes d'insécurité alimentaire dans le pays

Madagascar tribune | Madagascar | 29/06/2022 | Lire l'article original

À Madagascar, près 7,8 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire, en partie à cause des sécheresses historiques dans le sud du pays, selon les statistiques de la Banque mondiale. En Afrique de l'Est et en Afrique australe, la Banque mondiale estime à 66,4 millions de personnes susceptibles d'être confrontées à une crise alimentaire, une urgence ou une famine d'ici juillet 2022.

Pour faire face à cette situation, le Groupe de la Banque mondiale a approuvé un programme de 2,3 milliards de dollars pour aider les pays d'Afrique de l'est et en Afrique australe à accroître la résilience des systèmes alimentaires de la région et leur capacité à agir contre la montée de l'insécurité alimentaire.

Les chocs du système alimentaire provoqués par les conditions météorologiques extrêmes, les épidémies de ravageurs et de maladies, l'instabilité politique et des marchés, et les conflits sont de plus en plus fréquents et graves, exposant davantage de personnes à l'insécurité alimentaire. La guerre en Ukraine exacerbe encore ces effets en perturbant les marchés mondiaux des produits alimentaires, des carburants et des engrais.

Le Programme de résilience des systèmes alimentaires pour l'Afrique de l'Est et australe (FSRP) améliorera les stratégies interagences de riposte aux crises alimentaires - y compris le renforcement des systèmes d'alerte précoce et la planification des ripostes rapides, le soutien d'urgence aux producteurs, les mesures commerciales d'urgence, les réserves alimentaires d'urgence - et inclura une composante de réponse d'urgence contingente (CERC) pour fournir un financement agile et rapide.

« Il s'agit de la première opération régionale et multisectorielle axée sur la réduction du nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire en Afrique de l'Est et australe, en renforçant la résilience des systèmes alimentaires et la préparation à la lutte contre l'insécurité alimentaire grandissante. Elle complète un programme similaire que la Banque a récemment approuvé pour l'Afrique de l'Ouest et centrale », a déclaré Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique de l'Est et australe. « Assurer la coordination régionale pour relever les défis posés par le changement climatique, la volatilité des marchés et la nécessité de réformer la politique alimentaire constitue des priorités essentielles. »

À cause de la dangerosité de la situation à Madagascar et en Éthiopie, ces deux pays seront ciblés de la première phase de ce projet. « La première phase soutiendra également l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), qui renforcera le partage des informations et des données, et le Centre de coordination de la recherche et du développement agricoles pour l'Afrique australe (CCARDESA), qui exploitera ses réseaux existants et ses outils de sensibilisation pour les mécanismes de coordination régionale ». Avec un financement total de 788,10 millions de dollars, cette phase initiale du programme devrait bénéficier à 2,3 millions de personnes.

Mandimbisoa R.

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !