retour Santé tropicale Accès aux sites pays Santé tropicale au Bénin BENINSanté tropicale au Burkina Faso BURKINA FASOSanté tropicale au Cameroun CAMEROUNSanté tropicale en Centrafrique CENTRAFRIQUESanté tropicale au Congo CONGOSanté tropicale en Côte d'Ivoire COTE D'IVOIRESanté tropicale au Gabon GABON
Santé tropicale en Guinée GUINEESanté tropicale à Madagascar MADAGASCARSanté tropicale au Mali MALISanté tropicale en R.D. Congo R.D. CONGOSanté tropicale au Sénégal SENEGALSanté tropicale au Togo TOGO



banniere_AGH

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous :


encart_diam


Fil d'infos APO Group


vig_viral_facts


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Congo-BrazzavilleL'hôpital général de Loandjili engagé à assurer les soins de qualité

Les dépêches de Brazzaville | Congo-Brazzaville | 21/09/2022 | Lire l'article original

Un focus a été organisé le 17 septembre à l'hôpital général de Loandjili, à Pointe-Noire, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de la sécurité des patients, en présence de Jean-Charles Ondonda, sécretaire général du département de Pointe-Noire; de Nandide Akouala, directrice des équipements et de la maintenance au ministère de la Santé et de la Population; du personnel de l'hôpital et des invités.

Initiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 2019, la Journée mondiale de la sécurité des patients a pour objectif principal de sensibiliser les citoyens et les professionnels de santé au bon usage des médicaments, afin de limiter au maximum les risques liés à leur prise. Il s'agit de faire du patient l'acteur de sa prise en charge, et de favoriser le dialogue entre patients et professionnels de santé.

«Toute personne à un moment donné est confrontée à la problématique de la prise des médicaments pour prévenir ou traiter une infection. Cependant, les médicaments sont parfois à l'origine d'effets préjudiciables graves s'ils sont mal stockés, mal prescrits, mal délivrés ou mal administrés, ou s'ils ne sont pas assez contrôlés» a dit Sidonie Plaza, directrice générale de l'hôpital général de Loandjili. «Les pratiques de médication dangereuses et les erreurs de médication sont parmi les principales causes de préjudices évitables liés aux soins de santé partout dans le monde. C'est dans ce contexte que la sécurité médicamenteuse a été choisie comme thème de la Journée mondiale de la sécurité des patients en 2022, avec pour slogan «Les médicaments sans les méfaits»», a-t-elle ajouté.

En développant le thème «La sécurité médicamenteuse: les médicaments sans les méfaits», Sidonie Plaza a d'emblée présenté les objectifs de la Journée mondiale de la sécurité des patients 2022, à savoir faire prendre conscience, partout dans le monde, de la charge importante que représentent les préjudices dus aux erreurs de médication et aux pratiques de médication dangereuses, et plaider pour que des mesures soient prises plus tôt dans le but de renforcer la sécurité médicamenteuse, associer les prenantes et les partenaires à l'action menée pour éviter les erreurs de médication et limiter les préjudices qu'elles causent, donner les moyens aux familles de jouer un rôle actif dans l'usage sans danger des médicaments.

Face à ce fléau des faux médicaments ou médicaments de la rue, les chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Lomé en 2020 ont pris d'importantes décisions pour éradiquer le phénomène des faux médicaments ou médicaments falsifiés a-t-elle rappelé.

Dénommée «initiative de Lomé», cette réunion à la laquelle a pris part activement la Fondation Brazzaville a posé les bases d'une véritable lutte contre les faux médicaments, à savoir renforcer, forcer et coordonner la lutte contre le trafic de faux médicaments et autres médicaments de qualité inférieure ou falsifiés. Ceci à travers l'introduction de nouvelles législations pénalisantes, la ratification de certaines conventions existantes et la mise en place de mécanismes sont les principales décisions issues de ces assises. «L'ampleur de la vente et de la consommation des médicaments sur le marché informel dans le monde soulève de nombreuses questions de santé publique. Les médicaments falsifiés empêchent le patient de recevoir un traitement adéquat. Les médicaments falsifiés ont des conséquences socio-économiques et sanitaires plus larges, comme une résistance antimicrobienne accrue, une perte de confiance dans le système de santé et une augmentation du coût des soins. Tout gouvernement a le devoir de soutenir une initiative visant à éradiquer ce fléau», a-t-elle indiqué, concluant: «Un engagement ferme est pris ici à l'Hôpital général de Loandjili pour rassurer, renforcer, promouvoir, la sécurité médicamenteuse à travers ses comités de pharmacopée vigilance et du médicament».

Après le focus, Nandide Akouala, directrice des équipements et de la maintenance au ministère de la Santé et de la Population, au nom du ministre de tutelle, a fait un don de vingt lits de réanimation et quarante lits d'hospitalisation en guise de soutien aux efforts de la direction générale de l'hôpital général de Loandjili dans l'amélioration des conditions des soins des personnes fréquentant cet établissement. «Nous voulons donc soutenir la direction en améliorant d'abord les conditions d'hébergement des patients mais également en réalisant une maintenance préventive et curative des différents équipements affectés ici. Nous sommes engagés derrière toutes les structures sanitaires à les accompagner pour avoir une meilleure qualité des soins », a-t-il indiqué.

En réceptionnant le don, Sidonie Plaza a dit; «Nous sommes reconnaissants à l'endroit du ministère de la Santé et de la Population. Les efforts que nous déployons pour redorer l'image de l'établissement trouvent un écho de notre tutelle en souhaitant à l'avenir recevoir d'autres dons et d'autres équipements qui font également défaut à l'hôpital».

Hervé Brice Mampouya

Tous les articles



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation


Site éditeur :


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !